Berlin Allemagne ✔️

Capitale de l’allemagne ✔️ Tourisme ✔️ Hop on Hop off Tours de ville

Berlin, l’une des plus grandes villes du monde, est toujours comme un tourbillon d’activités, avec des sites célèbres à chaque coin de rue et jamais assez de temps pour les voir tous.

Cette ville a tellement à offrir qu’un visiteur ne sait parfois même pas par où commencer. Mais comment s’assurer de ne rien manquer ? Nous avons rassemblé les attractions incontournables. Dans la liste suivante, vous trouverez les cinq blockbusters à ne pas manquer, que vous pourrez visiter toute l’année.

Pour profiter au maximum des visites touristiques, il est préférable de se laisser guider par des habitants expérimentés et/ou de s’inscrire à une visite guidée pour découvrir les principaux phénomènes.

Les 5 meilleures attractions touristiques de Berlin.

Connaissez-vous un petit bistrot particulier, un bon restaurant ou avez-vous un parc préféré ? Vous trouverez les bons plans sur ces pages par exemple. Nous allons maintenant nous pencher sur les blockbusters touristiques, les chevaux de bataille, les attractions qui attirent le public, les splendeurs de toutes les attractions.

Brandenburger Tor – Porte de Brandebourg

L’auriez-vous su ? Depuis plus de 200 ans, la porte de Brandebourg est un symbole de Berlin et de l’Allemagne. Elle est aujourd’hui l’une des attractions touristiques les plus connues de Berlin.

Littéralement située au centre de la ville, la porte de Brandebourg est sans doute l’une des portes qui a le plus vécu dans son histoire.

Cet impressionnant symbole a été construit en 1789-91 par Carl Gotthard Langhans et était la porte d’entrée royale de Berlin. Depuis, la porte de Brandebourg a survécu à la période 1933-1945 ainsi qu’à la guerre froide qui s’en est suivie. Elle est devenue un symbole de la séparation entre l’Est et l’Ouest et, plus tard, de la réunification.

Brandenburg Gate - Brandenburger Tor - Berlin - Germany - 03.jpg
By <a href=“//commons.wikimedia.org/wiki/User:NorbertNagel“ title=“User:NorbertNagel“>Norbert Nagel</a> – <span class=“int-own-work“ lang=“en“>Own work</span>, CC BY-SA 3.0, Link

Comme dans tant d’autres endroits sur place, la porte de Brandebourg et la rue du 17e siècle sont empreintes du souffle de l’histoire. juin, qui mène jusqu’à la colonne de la Victoire.

Aujourd’hui, les alentours de la porte de la ville sont quotidiennement animés par des artistes de rue locaux, des touristes et des vélos-taxis.

Kurfürstendamm

Une autre attraction populaire ici est le Kurfürstendamm, ou simplement Ku‘ Damm.

Le Kurfürstendamm est la rue principale du vieil Ouest. Elle commence à Halensee et se termine à Tauentzien.

Si vous êtes un petit shopper, le Kurfürstendamm est un rêve. Si vous voulez faire du shopping sérieusement à Berlin, c’est l’endroit qu’il vous faut.

Berlin-zentrum-by-RalfR-005.jpg
Von <a href=“//commons.wikimedia.org/wiki/User:Ralf_Roletschek“ title=“User:Ralf Roletschek“>Marcela</a> (<a href=“//commons.wikimedia.org/wiki/User_talk:Ralf_Roletschek“ title=“User talk:Ralf Roletschek“><span class=“signature-talk“>talk</span></a>) – <span class=“int-own-work“ lang=“de“>Eigenes Werk</span>, GFDL 1.2, Link


Toujours la destination shopping la plus populaire de la ville. On y trouve de tout et si vous emmenez votre moitié en ville, vous ne pourrez pas faire l’économie d’une séance de shopping.

Vous trouverez le boulevard dans la partie ouest de la ville. Ici, vous pouvez parcourir toutes les grandes boutiques de mode et les marques de design exclusifs qui remplissent les 3,5 kilomètres de boulevard. C’est également ici que se trouve le plus grand magasin d’Europe, le KaDeWe, un paradis du shopping avec en tête les rayons parfumerie et alimentation.

Reichstag 

Le bâtiment du Reichstag, tout comme la porte de Brandebourg et cette partie de Berlin en général, a vu beaucoup de choses. Au milieu, près de la porte de Brandebourg, se trouve l’attraction impressionnante du Reichstag, le siège du Bundestag, le parlement allemand. L’histoire de ce bâtiment est vraiment unique et constitue donc un point fort de Berlin qu’un visiteur se doit d’avoir vécu.

Reichtagsgebäude 2012.JPG
By <a href=“//commons.wikimedia.org/wiki/User:Hofec“ title=“User:Hofec“>Hofec, Switzerland</a> – <span class=“int-own-work“ lang=“en“>Own work</span>, CC BY-SA 3.0, Link

Construit en 1894, il a connu une vie assez mouvementée sous les différents gouvernements, notamment pendant les deux guerres mondiales. Après 1945 et jusqu’à la fin de la guerre froide, le bâtiment s’est progressivement détérioré et le Parlement a transféré ses séances à Bonn. En 1991, le Reichstag est redevenu le parlement allemand et le bâtiment a été reconstruit avec son dôme en verre désormais très célèbre et reconnaissable.

 Si le temps est clément pendant la période où vous vous rendez à Berlin, vous pouvez réserver en toute bonne conscience une sortie au café, d’où vous aurez une excellente vue sur la ville.

Fernsehturm – Tour de télévision 

La légendaire tour de télévision située directement sur l’Alexanderplatz est bien sûr incontournable lors d’une visite. C’est le bâtiment qui se détache du paysage urbain.

Le haut symbole de Berlin s’élève à 368 mètres de hauteur et est visible de partout dans la ville. Il peut être vu de la plupart des endroits de Berlin et constitue un bon point de repère pour savoir où vous vous trouvez dans l’immense capitale allemande.

Weltzeituhr mit Fernsehturm - Alexanderplatz.jpg
By Christian Wolf (www.c-w-design.de), CC BY-SA 3.0 de, Link

Vous pouvez prendre l’ascenseur jusqu’au dôme de la tour et vous laisser envoûter par la vue sauvage sur toute la ville. La vue de là-haut est vraiment impressionnante et vous donne une idée de la taille réelle de la métropole. Une excursion en haut de la tour de télévision est donc une expérience vraiment cool pour les enfants comme pour les adultes.

Vous pouvez également prendre un repas au restaurant situé au sommet de la tour.
Il est recommandé de réserver les billets en ligne à l’avance.

Die Mauer – Le mur 

Il est peut-être un peu exagéré de parler du mur. Car si le mur a été le symbole de la division de l’Europe et sa chute celui de la fin de la dictature, il ne reste pas grand-chose.

Les derniers morceaux de mur conservés se trouvent près de la gare d’Anhalter et à l’Eastside Gallery.

Pendant la division de la ville, les gares qui traversaient la frontière n’étaient plus utilisées et devenaient des culs-de-sac. Cependant, trois lignes partaient de Berlin-Ouest et traversaient de courtes sections du territoire de Berlin-Est. Les trains ne s’arrêtaient jamais dans ces gares, connues sous le nom de „gares fantômes“, dont faisait partie par exemple la Potsdamer Platz avec le métro et le train de banlieue.

20170422 BrandenburgerTor u BerlinMaur (36087376496).jpg
By <a rel=“nofollow“ class=“external text“ href=“https://www.flickr.com/people/46218178@N02″>Ray Swi-hymn</a> from Sijhih-Taipei, Taiwan – <a rel=“nofollow“ class=“external text“ href=“https://www.flickr.com/photos/swi-hymn/36087376496/“>20170422_BrandenburgerTor u BerlinMaur</a>, CC BY-SA 2.0, Link


La gare du Nord était autrefois une de ces „gares fantômes“ et abrite aujourd’hui une exposition de photos consacrée à la mémoire des gares abandonnées. Histoires fascinantes sur et sous la terre, contrôles aux frontières et plans de fuite – l’exposition donne matière à une visite de 30 minutes.

Si vous en avez assez du métro, prenez la sortie de la Bernauer Strasse et dirigez-vous vers le mémorial du Mur de Berlin. Vous y trouverez une foule d’informations et de reconstitutions, dont des bornes, une tour de guet et la chapelle de la Réconciliation, qui se dresse sur les vestiges d’une ancienne église bombardée par les autorités de la RDA.

Visitez ce qu’il reste – et visitez le musée de Checkpoint Charlie et le centre de documentation de la Bernauerstraße.

Sightseeing ✔️ Hop on Hop off Tours de ville

Si vous ne voulez rien manquer sur place, nous vous recommandons de réserver à l’avance soit un circuit à arrêts multiples, soit une visite guidée pour tout découvrir à pied en une demi-journée, ou encore de monter à bord d’un bateau classique au centre.

Sightseeing in Berlin : pendant environ quatre heures, vous serez guidé vers le Kurfürstendamm et autour de la porte de Brandebourg, du Reichstag, du mur de Berlin, de l’île aux musées, de Checkpoint Charlie, de la gare d’Anhalter, de la Potsdamer Platz et de nombreux autres sites touristiques. Pour ceux qui n’ont pas envie de marcher pendant quatre heures, il existe également une visite guidée similaire à vélo, où le touriste se déplace à la place à l’aide d’un vélo loué, une façon vraiment confortable de se déplacer ici.

Tour en bus à arrêts multiples 

Découvrez la capitale allemande et ses attractions populaires à votre propre rythme grâce aux bus à arrêts multiples ! Découvrez la vertigineuse tour de télévision sur l’Alexanderplatz, l’île historique des musées, l’impressionnante porte de Brandebourg ou le célèbre boulevard Kurfürstendamm.

À quoi dois-je m’attendre ?

Les circuits touristiques uniques en leur genre comprennent de nombreux arrêts et escales dans les principaux monuments et attractions touristiques. Profitez des lieux importants de la ville, de son architecture grandiose et réjouissez-vous de la vue magnifique depuis un bus à deux étages, parfois même sans toit.

Hop on Hop Off Berlin : vous pouvez descendre du bus à n’importe quel arrêt, voir les attractions, prendre des photos, aller dans les boutiques de souvenirs ou boire un café ou un thé en vitesse, puis retourner à l’arrêt et attendre que le prochain bus Hop on Hop Off passe pour y remonter.

Vous pouvez donc monter et descendre à votre guise et créer ainsi votre tour de ville individuel sur mesure.

Dans le wagon, ils ont à leur disposition des commentaires audio enregistrés et des histoires amusantes sur les chevaux de trait.

Comment puis-je obtenir mes billets ?

Peu après avoir réservé en ligne ou sur place, vous recevez un e-ticket à votre adresse e-mail. Imprimez-le et emportez-le dans le premier bus dans lequel vous montez.

Où commence la visite ?

Vous pouvez choisir l’endroit où vous souhaitez commencer votre visite, il vous suffit de monter dans l’un des véhicules et de commencer à explorer la ville !

Quelle est la durée de validité de mon billet ?

Le billet est valable pour 24h, 48h ou 72h.

Quelle est la longueur des différentes lignes de bus ?

Il y a deux lignes La ligne rouge dure 2 heures et s’arrête entre autres ici :

Centre commercial Alexa

Alexanderplatz

Mur de Berlin

Porte de Brandebourg

Checkpoint Charlie

Gendarmenmarkt

Gare centrale

Mémorial de l’Holocauste

KaDeWe sur la Wittenberglatz

Kurfürstendamm

Madame Tussauds

Île des musées

Fontaine de Neptune

Place de Potsdam

Reichstag

Château de Bellevue

Colonne de la Victoire

Topographie de la terreur

La ligne bleue dure environ 40 minutes et s’arrête entre autres ici :

Alexanderplatz

East Side Gallery

Karl-Marx-Allee

Gare de l’Est

Quelles sont les langues proposées ?


L’audioguide est disponible en chinois, allemand, anglais, français, italien, portugais, russe et espagnol.

Tour en bus 

La plupart des gens connaissent pour le tourisme les tours classiques en bus dans différentes villes européennes, qui sont parfois un peu inutiles, mais c’est justement ici qu’il est très judicieux de faire un tour en bus et de tout voir.

La City est vraiment grande et divisée en de nombreux quartiers différents, chacun avec sa propre vie et ses propres centres.

Avec un tour en bus, il est possible de découvrir différents quartiers et sites touristiques en toute simplicité.

Il existe de nombreuses entreprises différentes qui transportent les touristes vers les attractions connues et qui proposent même de réserver les billets en ligne depuis chez soi.

Excursion en bateau 

Lors d’un city-trip ici, vous ne pouvez pas passer à côté de la Spree, qui serpente au milieu de Berlin. La situation centrale de ce cours d’eau signifie que vous passerez devant toute une série de curiosités lors d’une promenade en bateau.

Il existe de nombreux types d’excursions en bateau et de nombreuses entreprises organisent ces tours populaires.

Il est toutefois possible, comme toujours, de réserver votre billet depuis chez vous et de vous assurer une place sur un bateau.

Expériences et commentaires :

Norbert

J’ai vu pas mal de choses lors du tour Hop on Hop off et j’ai adoré.

Kurfürstendamm 

Le Kurfürstendamm, ou simplement Ku’damm, est l’endroit où faire du shopping en ville. Beaucoup considèrent le Kurfürstendamm comme la 5e avenue de Berlin ou les Champs-Élysées, et vous n’aurez vraiment vécu l’expérience complète de Berlin que lorsque vous aurez fait du shopping sur le Ku’damm. Le boulevard a été aménagé sous Bismarck. Il est devenu la rue principale de Berlin-Ouest.
Le boulevard mesure environ 3,5 kilomètres de long et se situe dans la partie ouest. Il traverse l’arrondissement de Charlottenburg-Wilmersdorf de Breitscheidplatz à Rathenauplatz (est-ouest). Le Kurfürstendamm est large de plus de 50 mètres et rappelle l’Unter den Linden avec ses quatre rangées d’arbres.
Le Kurfürstendamm était à l’origine un chemin créé au 16e siècle pour le prince électeur Joachim II. La rue a reçu son nom de „Kurfürsten“, c’est-à-dire des princes spécialement choisis pour élire le prochain roi, et l’honneur d’être Kurfürst était le deuxième plus grand après celui d’être roi.
En 1876, après la victoire de l’Allemagne dans la guerre franco-allemande (1870-1871), Otto von Bismarck proposa de transformer le Kurfürstendamm en un boulevard somptueux et extravagant. Cela signifiait que la rue était élargie, que d’immenses villas étaient construites et que des magasins de luxe et des restaurants onéreux commençaient à voir le jour. Aujourd’hui, il ne reste plus grand-chose
des anciens bâtiments d’apparat de l’époque de Bismarck sur le Kuhdamm. Ils ont été détruits ou fortement endommagés.

Le boulevard a toutefois pris un nouveau visage. Il est redevenu rapidement le point de rencontre des riches et des célèbres.
En fait, le shopping ultime ne devrait pas commencer au Kurfürstendamm lui-même, mais à l’est du Ku’damm, à la gare de Wittenbergplatz, où commence
la Tauentzienstraße, considérée aujourd’hui comme son prolongement oriental.
Environ 300 magasins s‘
y sont
entre-temps installés, proposant une multitude de marchandises les plus diverses. Ici, on peut tout acheter.
Aujourd’hui encore, le Kurfürstendamm est surtout connu pour ses fantastiques possibilités de shopping, même si les boutiques exclusives d’autrefois ne s’y trouvent plus. De l’électronique à la mode en passant par le bric-à-brac, de l’Apple Store au KaDeWe en passant par Zara, H&M et Lego Store. Les visiteurs ne doivent pas oublier les nombreuses boutiques de souvenirs de Berlin.
On peut y acheter des pendentifs pour bracelets, la colonne de la victoire en miniature ou même la porte de Brandebourg, à offrir à ceux qui sont restés à la maison ou à s’offrir en souvenir. L’un des slogans publicitaires est : „Spooping pour tous les portefeuilles“.

Sur la Tauentzien, vous trouverez le gigantesque KaDeWe, l’un des plus grands magasins du monde, rempli d’articles de luxe et de marques en tout genre. Le magasin est également connu pour son impressionnant rayon alimentaire, qui s’étend sur 7000 m2. Il propose plus de dizaines de sortes de fromages et de très nombreux vins différents.
Outre le KaDeWe, il y a ici une multitude de magasins, généralement moins exclusifs que plus à l’ouest, mais si vous avez le sens du shopping, vous pouvez faire quelques bonnes affaires.
L’écrivain américain Thomas Wolfe a dit du Ku’damm qu’il était le plus grand café d’Europe. Le café et le restaurant les plus connus est sans doute le Cafe Kranzler.

Si vous prenez la Tauentzienstraße vers l’ouest en direction du Kurfürstendamm, vous passez devant une boutique de mode après l’autre, mais aussi devant toutes les marques de sport connues.
Sur place, tous les grands magasins de mode comme H&M, Zara, C&A se
trouvent côte à côte, tous plus grands les uns que les autres. Les grandes marques de sport comme Nike et Adidas se font concurrence pour avoir les plus grands supermarchés sur 3-4 étages.
Vous passerez également devant Europa-Center, qui abrite plus de 70 magasins.

Plus de 100 cafés se trouvent à Berlin. Plusieurs théâtres se trouvent également sur le Ku’damm.
L’emblème le plus connu sur place est sans doute l’église commémorative de l’empereur Guillaume.

Breitscheidplatz – Place Breitscheid 

À la hauteur de l‘église du Souvenir de l’empereur Guillaume et de la Breitscheidplatz, la rue change de nom et vous êtes maintenant arrivé sur le véritable Kurfürstendamm. Vous constaterez également que l’atmosphère change.

La Breitscheidplatz abrite de nombreuses petites boutiques vintage, de grandes maisons de couture ainsi qu’un certain nombre de cafés, et si vous longez le boulevard vers l’ouest, vous arriverez aux nombreuses boutiques de luxe qui s’y trouvent encore, notamment Chanel, Louis Vitton, Cartier, D&G et bien d’autres. Le Ku’damm accueille une population hétéroclite. Il y a donc quelque chose d’intéressant à découvrir pour chacun.

Si vous quittez le boulevard principal pour vous rendre dans l’une des petites rues latérales comme la Fasenenstraße, vous trouverez les magasins les plus exclusifs de Berlin. Vous y trouverez des petites boutiques de luxe et des cafés chers. Vous y découvrirez un peu de l’ancienne „atmosphère du Kurfürstendamm“ et c’est fortement recommandé.
Combinez votre séance de shopping avec une visite touristique. Prenez un bus à arrêts multiples directement dans la rue pour ne pas avoir à transporter vos achats et pour pouvoir reposer un peu vos jambes pendant que vous vous rendez dans la belle ville de Berlin.

Derrière l’église s’étend le jardin zoologique. C’est le zoo le plus ancien et le plus riche en animaux d’Allemagne.
De nombreuses petites boutiques dans les rues latérales sont souvent ouvertes jusqu’à 20 heures, voire 22 heures. Essayez donc de faire du shopping en soirée tout en mangeant dans l’un des nombreux cafés et restaurants.

L‘Europacenter, situé près de l’église, est un centre commercial de trois étages. Le Ku’damm abrite également le casino de Berlin, où tout est permis, de la roulette au poker.

Comme presque toujours dans la City, le plus simple est de prendre le métro. Si vous voulez vivre pleinement l’expérience, rendez-vous à la station Wittenbergplatz et empruntez les cinq kilomètres d’est en ouest. Vous pouvez également aller jusqu’à la station Kurfürstendamm (U1 ou U9), où vous vous retrouverez au milieu du Ku’damm.

Staatsoper – Opéra d’État Unter den Linden 

Le Staatsoper Unter den Linden, également appelé Deutsche Staatsoper ou Staatsoper Berlin, est la plus ancienne maison d’opéra et se trouve dans le quartier de Mitte, juste en face de l’ancienne bibliothèque, dans la rue Unter den Linden. Il est aujourd’hui l’un des opéras les plus connus au monde et est également appelé „Lindenoper“.
Son histoire remonte à 1742, lorsque Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff construisit l’opéra royal de la cour à son emplacement actuel. Aujourd’hui, c’est un lieu de créations et de mises en scène vraiment importantes, on y joue principalement des pièces de Verdi, Tchaïkovski, Mozart et Wagner.
Elle fut le premier bâtiment de l’ensemble paysan prévu par Frédéric le Grand. Elle a été construite de 1741 à 1743 par l’architecte von Knobelsdorff.
Le bâtiment est un exemple typique de l’architecture palladienne et fut appelé Opéra royal de la cour. Le bâtiment a été achevé en 1743, mais il a été inauguré le 7 décembre 1741 avec l’œuvre de Carl Heinrich Graun, Cleopatra e Cesare. Il s’agit du plus ancien bâtiment théâtral de Berlin. En 1743, il était à la fois le plus grand opéra d’Europe et le premier opéra indépendant d’Allemagne.
Il possède d’imposantes colonnes et a été construit
dans le style néoclassique. Frédéric le Grand avait prévu un lieu de culture et, après la démolition des anciens remparts, il y avait suffisamment de place ici.
Le site de construction était un terrain fortifié près du Kronprinzenpalais.
Les premières mesures de transformation furent réalisées en 1788, entre autres l’espace scénique et la scène latérale furent modifiés, à partir de ce moment le théâtre fut également accessible au grand public. L’une des mises en scène marquantes fut la première de la pièce „Freischütz“ de Carl Maria von Weber, un autre moment fort plus tard : Les Joyeuses Commères de Windsor.
Dans la nuit du 18 au 19 août 1843, l’opéra fut entièrement détruit par un incendie. Il fut reconstruit sous la direction de l’architecte Carl Ferdinand Langhans. Cette fois, l’opéra ouvrit ses portes avec l’opéra de Giacomo Meyerbeer : Un camp de campagne en Silésie.
A la fin du 19e siècle, l’opéra a même acquis une renommée mondiale.

Au début du 20e siècle, l’opéra reçut son nom actuel d'“opéra national“.
En 1925, l’opéra connut un autre moment fort avec la création de la pièce „Woyzeck“ d’Alban Berg.
En 1928, l’opéra fut transformé avec une scène tournante. Pour la réouverture de l’époque, on joua „La flûte enchantée“ de Johann Amadeus Mozart.
Entre 1939 et 1945, le bâtiment a été endommagé à deux reprises et reconstruit à chaque fois. La deuxième fois, c’est l’architecte Richard Paulick qui en était responsable.
Il a été reconstruit et rouvert en 1955. Le Deutsche Staatsoper était le vaisseau amiral de l’opéra de la RDA. Après la réunification en 1989, l’opéra reçut définitivement son nom actuel.
Daniel Barenboim, chef d’orchestre principal depuis 1992, a donné en 2002 deux représentations de chacun des dix grands opéras de Richard Wagner dans une mise en scène de Harry Kupfer (né en 1935), montrant ainsi que l’opéra n’est pas touché par la vie lyrique berlinoise en difficulté.
De 2010 à 2017, le bâtiment a été rénové pour un coût d’environ 240 millions d’euros, la troupe a entre-temps déménagé au Schillertheater à Charlottenburg.
En 2017, la maison a rouvert ses portes avec des scènes du Faust de Goethe dans une mise en scène de Robert Schumann.

Theater des Westens – Théâtre de l’Ouest 

Le Theater des Westens est le plus ancien théâtre musical de Berlin – et Thalia, la muse des acteurs, surveille l’entrée du théâtre de la Kanstraße.

Le Theater des Westens a été construit de 1895 à 1897 sous la direction de Bernhard Sehring. Le bâtiment fut inauguré le 1er octobre 1896 avec la pièce de Holger Drachmann „Mille et une nuits“. Le succès escompté n’étant pas au rendez-vous, le bâtiment fut utilisé comme scène d’opéra à partir de 1898 et comme opéra à partir de 1908. Le bâtiment du théâtre date de 1895 et est un mélange sauvage de styles antique, médiéval et Renaissance. Si vous allez à Broadway, c’est l’endroit idéal.

Différents styles ont été mélangés ici. Les observateurs y reconnaissent des éléments de l’Art nouveau, du palladianisme et de la Renaissance. Le 25 août 1912, le théâtre a été endommagé par un incendie, mais il a été reconstruit. En 1922, le théâtre fut à nouveau transformé en opéra et reçut le nom de Grand Opéra populaire. En 1924, l’opéra fut fermé.

La maison est entourée de différentes sculptures et d’une inscription dans la partie supérieure. Il y est écrit : Ce bâtiment a été construit pour cultiver les arts.
En 1933, le théâtre a rouvert ses portes dans le cadre du programme Kraft durch Freude et a pris le nom d‘Opéra populaire. En 1944, le théâtre fut fermé puis endommagé.
Les bouleversements du 20e siècle ont eu un impact sur le théâtre. Cela est particulièrement visible dans les différents noms que portait le bâtiment. Ainsi, il s’appelait Goethe Theater et, comme écrit, Grosse Volksoper.

De 1945 à 1961, le bâtiment a accueilli l’Opéra allemand. Dès 1945, la première reconstruction eut lieu et l’Opéra municipal de Berlin s’installa dans le bâtiment du théâtre, après la destruction du propre bâtiment de l‘Opéra allemand dans la Bismarckstraße. Avec l’achèvement du nouvel Opéra allemand, l’Opéra est retourné dans la Bismarckstraße en 1961.

Il a ensuite fait office de salle de comédie musicale et d’opérette. Des pièces comme „Ein Preußisches Märchen“ de Boris Blacher et „Der rote Mantel“ de Luigi Nono ont été jouées dans l’après-guerre. My Fair Lady de Frederick Loewe fut la première comédie musicale à être jouée pour la première fois en 1961. Elle connut un succès public surprenant.

De 1984 à 1999, Helmut Baumann a été le directeur artistique puis l’intendant du théâtre. Il a connu un grand succès. Sa première pièce, „Ein Käfig voller Narren“ (Une cage de fous), a rapporté tant de bénéfices qu’elle a été inscrite à l’affiche à plusieurs reprises au cours des dix années suivantes.
En 1962, le bâtiment fut modernisé et reconstruit, et en 1978, la salle de théâtre fut restaurée
selon les plans originaux de Sehring. Dans les années 1980, le foyer et les espaces extérieurs du bâtiment ont été restaurés selon les plans d’origine.

Avec des mises en scène de comédies musicales à succès, la Stage Holding exploite le théâtre depuis 1999.
Le Theater des Westens est le Broadway berlinois, avec de grandes comédies musicales comme Les Misérables ou Porgy et Bess.

Le cinéma Delphi se trouve à proximité immédiate. Ce cinéma, classé monument historique, était le plus grand théâtre de cinéma après 1945. De nombreuses premières y ont eu lieu.

U-Bahn Métro 

L’une des façons les plus pratiques de se déplacer ici, que ce soit pour visiter les sites touristiques ou pour se rendre à la gare centrale ou faire du shopping, est d’utiliser le métro. Le métro est le moyen de transport le plus utilisé sur place. Les usagers se rendent rapidement d’un endroit à l’autre, des trains partent régulièrement dans n’importe quelle direction, la plupart du temps avec une fréquence de 5 minutes.

Histoire

La construction de l’actuel réseau de métro de Berlin a débuté en 1896 et n’a cessé d’être transformée et complétée jusqu’à aujourd’hui. Depuis 1902, un métro circule dans la ville.
La première station de métro de Berlin se trouve au milieu de la Wittenbergplatz. A l’époque, le réseau du U-Bahn. ou Hochbahn était long de 11 km, aujourd’hui, il compte plus de 155 km de rails de métro. La ligne, appelée à l’époque Stammbahn, allait du Warschauer Brücke au Zoo avec une voie de garage jusqu’à la Potsdamer Platz. U-Bahn signifie „chemin de fer souterrain“. Aujourd’hui, c’est le plus long réseau de métro d’Allemagne. Plus de 100 km traversent l’ouest de la ville, mais il est prévu de l’étendre encore et encore.

Il existe plus de 174 stations de métro différentes et plus de 10 lignes différentes parmi lesquelles l’utilisateur peut choisir. Le réseau dense de métros et de bus permet à chacun de se rendre dans n’importe quel lieu d’intérêt. Il existe une carte unique pour le métro et le train de banlieue, qui peut être utilisée indépendamment du fait que vous souhaitiez utiliser le train de banlieue ou le métro.
La métropole s’étend sur 884 km². Environ 55 % de cette surface appartient à Berlin-Ouest et environ 45 % à Berlin-Est. Au total, plus de 3 millions de personnes y vivent.
Lors d’un voyage dans cette ville, il est conseillé d’en apprendre davantage sur les différentes stations de métro et leur fonctionnement.

Dans une ville aussi grande, il est indispensable de pouvoir utiliser les transports publics. Peu importe l’heure de la journée ou la destination à atteindre. Les déplacements sont tellement plus faciles et moins chers si vous optez pour le métro.

Il existe différents types de cartes que vous pouvez acheter pour les métros et les trains de banlieue. Les cartes sont divisées et valables pour les zones A, B et C. Les cartes disponibles sont AB, CB et ABC. La carte AB est suffisante pour les zones où se trouvent la plupart des attractions et c’est également la carte la moins chère.
Mais si vous souhaitez utiliser l’aéroport BER, par exemple, vous devez opter pour la section C. Même s’il ne s’agit que de deux arrêts, ne prenez pas de risques, car les billets sont souvent contrôlés ici. Les contrôles sont tout aussi fréquents sur les trajets en centre-ville, par exemple sur la Potsdamer Platz, la Friedrichstrasse ou le Kurfürstendamm. L’offre de la BVG s’étend des billets individuels aux billets combinés et aux billets d’entreprise. Il existe des tickets
individuels et des tickets journaliers, ainsi que des tickets hebdomadaires et bien d’autres variantes. Le tarif s’adresse aussi bien aux voyageurs individuels qu’aux groupes ou aux personnes qui souhaitent prendre des vélos, des poussettes, etc.
Métro est le nom du métro. Les métros sont rapides, simples et fiables. Planifier des excursions n’est pas un problème ici.

Les bus et les tramways font partie des transports en commun et coopèrent avec le métro et le train de banlieue. La plupart des lignes circulent au moins 20 heures par jour et au moins toutes les 10 minutes. Pour pouvoir également profiter de la vie nocturne et des clubs, les trams et les bus circulent 24 heures sur 24.
Le tramway circule aussi bien dans le centre que sur des trajets plus longs. Il existe neuf lignes qui circulent sur différents trajets – vous reconnaîtrez les lignes de tramway au fait qu’elles sont marquées d’un „M“.
Les bus, tout comme les tramways, circulent aussi bien dans le centre-ville que sur des trajets plus longs. Ils sont identifiés par la lettre „M“, parfois „X“, et un nombre à deux chiffres.

C’est le plus grand système de métro d’Allemagne et, pour la plupart des touristes, le moyen le plus simple de se déplacer. Il est également possible de louer des rames pour ses propres festivités ou d’acheter un véhicule d’occasion et de le transformer selon ses propres souhaits.
Chaque année, le métro transporte plus de 400 millions de passagers, 24 heures sur 24. Avec les métros, les bus et les trains de banlieue, vous pouvez vous déplacer rapidement et facilement sur place.

Billets

Il existe différents types de billets :

Billets simples : permettent des correspondances illimitées entre le métro, le bus, le tram et le RER dans les trois zones (A,B,C), valables 2 heures.
Billet de 4 heures : permet des correspondances illimitées entre le métro, le bus, le tram et le RER dans les trois zones (A,B,C), valable 2 heures.
Billet journalier : vous pouvez voyager toute une journée, autant que vous le souhaitez.
Billet courte distance : billet bon marché, bon si vous ne devez faire que quelques arrêts. Le ticket est valable pour trois arrêts en métro ou en train de banlieue ou pour six arrêts en bus ou en tram. Valable pour voyager dans les zones A et B, entre les zones B et C ou à l’intérieur de la zone C.
Billet de 7 jours : voyager autant que tu veux pendant sept jours consécutifs.
Ou le billet mensuel de 10h, qui leur permet d’utiliser tout le réseau pendant un mois à partir de 10h du matin.
Vous pouvez également acheter une carte spéciale „touriste“. Il
existe deux types de tickets, la „CityTourCard“ ou la „WelcomeCard„.
Avec la CityTourCard, vous pouvez voyager de manière illimitée pendant 48 heures, 72 heures ou 5 jours et bénéficier de réductions sur une cinquantaine de sites touristiques.
La WelcomeCard vous permet de voyager de manière illimitée pendant 48 heures, 72 heures ou 5 jours et vous offre jusqu’à 50 % de réduction sur plus de 200 attractions – avec un minimum de 25 % !

Il existe trois zones tarifaires différentes : A, B et C :

La zone A est le centre-ville et comprend jusqu’à la ligne de S-Bahn incluseLa
zone B s’étend de la ligne de S-Bahn jusqu’à la limite de la ville.
La zone C comprend les banlieues environnantes jusqu’à une distance d’environ 15 kilomètres de la ville et l’aéroport BER.

Norbert2

KaDeWe 

Le KaDeWe est l’un des grands magasins les plus grands et les plus exclusifs. Situé non loin de l’Europa-Center ou du Tiergarten dans le quartier du Neuen Westen, ce grand magasin haut de gamme est un centre commercial fantastique pour tous ceux qui peuvent se le permettre. Construit en 1907 d’après les plans de l’architecte Emil Schaudt, le grand magasin a étonné le monde entier avec les dernières nouveautés de Paris, les produits les plus pointus de New York, les fruits exotiques du Sud. Il se trouve dans la Tauentzienstrasse, dans le quartier de Schöneberg, directement à la station de métro Wittenbergplatz, tout près du Kurfürstendamm.
Ceux d’entre vous qui ont déjà été à Londres et ont visité Harrods se reconnaîtront probablement en venant ici, car il invite à vivre une expérience similaire à celle de Harrods.
Le KaDeWe, qui signifie Kaufhaus des Westens, a été fondé à l’origine en 1905 par Adolf Jandorf. Ce somptueux bâtiment devait constituer un autre point fort du Kudamm, un quartier réputé pour sa noblesse. Depuis, le grand magasin a changé plusieurs fois de propriétaire et a également été rénové. En 1927, il a été repris par le propriétaire de Hertie, Herman Tietz, et c’est ainsi que l’âge d’or du grand magasin a commencé.
Le grand magasin et l’empire familial Tietz a été fondé par Herman Tietz (1837-1905). Tietz a été la première entreprise en Allemagne à créer des grands magasins, et jusqu’en 1927, il y avait 10 grands magasins Tietz rien qu’à Berlin. Tietz se trouvait derrière les plus grands comme le KaDeWe et Tietz dans la Leipziger Straße et à proximité de son grand concurrent Wertheim, exactement là où se trouve aujourd’hui le Mall of Berlin, ainsi que sur l’Alexanderplatz.

Il était prévu que les citoyens aisés y fassent leurs achats et le grand magasin devait avoir une image galante. Comme beaucoup d’autres bâtiments, le KaDeWe a été partiellement détruit entre 1939 et 1945. Dans les années 1950, il a rouvert ses portes. En 1956, la rénovation et le réaménagement des cinq étages du KaDeWe ont été achevés, et en 1976, un nouveau bâtiment a été construit pour augmenter la surface de vente de 24.000 mètres carrés à 44.000 mètres carrés. En 1996, de nouvelles mesures de construction ont été prises et la surface de vente est passée à 60.000 mètres carrés aujourd’hui, en même temps qu’une hauteur de 7 étages.
L’offre de marchandises a pu être élargie à plusieurs reprises et de plus en plus de locaux sont tombés amoureux du grand magasin et y ont fait leurs achats.
Sur une surface totale de plus de 60.000 mètres carrés, le grand magasin propose tout, des chaussettes aux parfums en
passant par les montres exclusives. Tout est facile à trouver, et il est également facile de chercher quelque chose, car le grand choix est réparti sur plusieurs étages. Le grand magasin est devenu le plus grand,
non seulement en termes de
notoriété, mais aussi de surface.
Mais le point culminant sur place est le rayon alimentaire au sixième étage, appelé l’étage des gourmets. Dans le rayon gourmet, vous pouvez acheter du caviar russe de luxe, des alcools de qualité et toute une gamme de saucisses et de fromages de luxe. Vous y trouverez différents fromages, des saucisses, des pralines spéciales, des pâtisseries, des bonbons et de nombreuses sortes de pain.
Il y a des chocolatiers qui fabriquent du chocolat et le poissonnier se fera un plaisir de vous servir une assiette d’huîtres avec un peu de champagnedu jambon, des confitures et des saucisses à profusion, des fromages dont vous ne pouvez que rêver, de la pâte d’amande et toute autre pâtisserie, des pâtes à faire pleurer une mama italienne.
Oui, en gros, tout ce que vous voulez qui sorte un peu de l’ordinaire, mais aussi des choses tout à fait normales comme des légumes et des fruits.

Mais il n’y a pas que des produits alimentaires locaux. Vous pouvez également acheter les spécialités internationales les plus diverses.
Le dernier recensement a révélé 34.000 articles différents sur 7.000 mètres carrés, servis par 500 employés – dont 110 cuisiniers et 40 boulangers et pâtissiers. Si vous n’avez jamais rien mangé avant de venir ici, il n’y a rien que vous ne puissiez pas goûter.

Le grand magasin dispose également de son propre restaurant. Au septième étage, vous entrez au septième ciel. Sous une immense coupole en verre, les clients sont assis dans la cafétéria en plein air, et c’est probablement la meilleure cafétéria de grand magasin au monde. La vue permet à tout le monde d’y prendre un excellent repas. Il peut être un peu difficile d’obtenir une place assise, mais cela en vaut la peine, car le buffet est énorme et plein de délices.

Le rez-de-chaussée est la zone d’entrée. Dans le hall d’entrée de 400 mètres carrés, vous êtes généralement accueilli par des étalages de produits de luxe tels que des montres dans la gamme de prix des maisons d’été de luxe ou des petites voitures. Le personnel a été spécialement formé pour s’occuper des clients fortunés. Vous entrez ensuite dans un paysage de cosmétiques avec des flacons de parfum, des miroirs, des poudres, des rouges à lèvres, des couleurs et vous ne pourrez probablement pas éviter le boulevard de luxe avec Tiffany et Prada et toutes les autres amies. On y trouve des présentations de produits très élaborées de Chanel, Cartier, Bugatti, Armani ou encore Dolce Gabbana.
À l’étage, vous trouverez des vêtements de mode et de créateurs ainsi que des sections spéciales pour Dolce & Gabbana ou Dior. Vous y trouverez de véritables tapis, des meubles de créateurs, des ustensiles de cuisine et de la porcelaine fine, mais aussi des étages consacrés à la mode et aux chaussures. Vous trouverez tout cela ici. Un peu plus cher qu’ailleurs peut-être – mais pas excessivement.
Non seulement les voitures peuvent être garées au sous-sol, mais les chiens peuvent également y être accueillis pendant les achats.
Le KaDeWe – Kaufhaus des Westens – est l’un des plus grands grands magasins d’Europe. En Europe, il occupe la deuxième place après Harrods à Londres. Si vous faites du shopping à Berlin, il est incontournable.
Il se trouve sur la Wittenbergplatz, non loin du Kurfürstendamm. Le grand magasin lui-même est l’une des principales attractions de la ville – même pour les personnes qui n’aiment généralement pas les malls ou les centres. C’est une classe à part.
Les heures d’ouverture du KaDeWe varient légèrement selon les jours. Le paradis du shopping est ouvert du lundi au jeudi de 10h00 à 20h00, le vendredi de 10h00 à 21h00 et le samedi de 09h30 à 20h00. Il est fermé le dimanche.

Schloss – Château de Charlottenburg 

Le château de Charlottenburg est le plus grand château de la City. Aujourd’hui, c’est un musée majestueux avec des collections de peintres français, des salles et des salons de style. Le château de Charlottenburg, qui appartient à la fondation des châteaux et jardins prussiens, se trouve dans le quartier du même nom.
Le château a été conçu comme résidence d’été pour Sophie Charlotte, l’épouse du prince électeur Frédéric II. La construction du bâtiment a commencé
en 1695 d’après les plans de Johann Arnold Nering.

Détendez-vous dans le jardin baroque, qui abrite également quelques jolis petits musées.
Le château, appelé
à l’origine Lietzenburg, a été construit comme résidence d’été par Sophie Charlotte, qui a épousé le roi Frédéric Ier de Prusse. Elle a rendu sa résidence de campagne à son mari.
En échange, elle reçut le village de Lützow et un terrain sur lequel elle ordonna en 1696 la construction d’une résidence d’été. Le château et le jardin baroque derrière Charlottenburg méritent une visite. Dans le magnifique jardin du château, vous trouverez plusieurs curiosités impressionnantes.
Lorsque Sophie Charlotte mourut en 1705, Frédéric rebaptisa le château Charlottenburg en sa mémoire.

Au début, le premier bâtiment se composait de la partie centrale avec deux risalites. En raison du goût de la reine pour l’opéra, une petite salle d’opéra a été construite.
Le palais comportait une pièce entièrement consacrée à l’ambre, sculptée et décorée par un maître de l’ambre danois. La chambre d’ambre est considérée comme la huitième merveille du monde. Le successeur de Frédéric, le roi Frédéric-Guillaume Ier, a offert la pièce au tsar russe Pierre le Grand en 1716.

Le petit château fut inauguré en 1699 et utilisé depuis comme résidence. Par la suite, des locaux d’exploitation ont été ajoutés pour les domestiques dans deux bâtiments construits au sud. En outre, le bâtiment du château a été agrandi, ce qui a donné naissance à un ensemble de trois ailes.
Le palais reconstruit abrite des salles baroques et les chambres royales avec de la porcelaine chinoise et japonaise. La nouvelle aile est équipée de meubles rococo raffinés datant de l’époque de Frédéric le Grand.
En l’honneur de la défunte Sophie Charlotte, Frédéric Ier de Prusse nomma le château et le lotissement adjacent „Charlottenburg“ et un nouvel agrandissement fut entrepris. Ainsi, la partie centrale en retrait et la coupole du château furent ajoutées. L’ancien théâtre du château abrite aujourd’hui le musée de préhistoire et de protohistoire, qui présente entre autres une exposition sur les célèbres fouilles allemandes de Troie par Heinrich Schliemann vers 1800. Une orangerie et une chapelle ont été ajoutées sur le côté ouest.

Sous le successeur de Frédéric-Guillaume Ier, le château a mené une existence dans l’ombre. Son sens de l’économie a toutefois empêché le site d’être laissé à l’abandon. À côté du château se trouve le petit restaurant Orangerie, où l’on sert le High Tea. Dans le bâtiment jumeau, la grande Orangerie, des concerts classiques sont donnés d’avril à octobre par un orchestre en tenue baroque.
Frédéric-Guillaume Ier a autorisé la démolition de l’opéra, une école a été construite avec les matériaux.
Frédéric-Guillaume Ier sut toutefois utiliser le château à des fins officielles et représentatives.
C’est une recommandation : prévoir un petit pique-nique avec des délices et faire une promenade dans le jardin. La partie avant, en direction du château, est un jardin baroque, mais derrière, il y a de nombreuses possibilités de s’installer dans la verdure. Il y a aussi quelques quartiers de domestiques cachés intéressants.
Le château de Charlottenburg est le plus grand château de Berlin et la seule résidence royale de la famille Hohenzollern
encore conservée.
Le rez-de-chaussée du bâtiment principal doit être visité dans le cadre d’une visite guidée, tandis que l’étage supérieur, qui abrite des porcelaines orientales et des peintures rococo, peut être visité de manière indépendante.

Frédéric II, également appelé „alter Fritz“, était attiré par le siège de sa grand-mère et a fait aménager les locaux à l’étage.

Au fil du temps, d’autres transformations sont venues s’ajouter.

Pendant la période 1939-1945, le château de Charlottenburg a été fortement endommagé avant d’être restauré dans son élégance d’antan. La collection d’intérieurs richement décorés est unique dans le Berlin d’aujourd’hui et est considérée comme l’une des plus grandes attractions de la ville.

Pendant une courte période, de 2001 à 2006, le château a été utilisé comme résidence du président fédéral, tandis que le château de Bellevue a été reconstruit à la lisière du Tiergarten.

Aujourd’hui, les murs historiques abritent un musée. Autour du château s’étend le vaste parc royal avec ses allées d’herbe luxuriante, qui est devenu un lieu de promenade très apprécié des anciens habitants comme des touristes.

Le parc comprend un jardin baroque de style français et un parc paysager de style anglais. Le parc abrite également un mausolée royal et des maisons d’été, utilisées entre autres comme pavillon de thé.

On peut notamment y voir l’appartement de Frédéric le Grand et bien d’autres choses encore.

Hackescher Markt – Le marché de Hackesch 

Près du Hackeschen Markt se trouvent également les très tendance Hackeschen Höfe, un système de petites cours accueillantes où l’on trouve de tout, des expositions aux restaurants, en passant par les boutiques et bien plus encore.
Si vous avez besoin d’une pause loin du bruit et de la foule de la ville, une excursion dans les Hackesche Höfe vous permettra de trouver le calme et la détente et de recharger vos batteries.
Ils font partie des monuments les plus connus de la ville. C’est un lieu historique qui dispose de sa propre gare de S-Bahn. Il s’agit d’un complexe d’arrière-cours avec huit cours intérieures reliées entre elles, situé entre Rosenthaler Straße et Sophienstraße. Cet agréable complexe de bâtiments se compose de huit arrière-cours reliées entre elles.

On y trouve des théâtres, des restaurants, des appartements, des petits magasins, des cafés et quelques institutions culturelles.
Si vous êtes à la recherche d’une nouvelle coiffure, vous pouvez trouver de l’inspiration
chez Coy Art To Wear. Et chez FREI Tag Fashion, vous pouvez vous acheter un imperméable chic et coloré. Et vous trouverez des spécialités chez Eat Berlin.
Au 17e siècle, cette zone du centre-ville se trouvait encore en dehors des murs de la ville de l’époque.
Le nom de „Scheunenviertel“ (quartier des granges) vient de cette époque, car à l’époque, le foin et la paille ne pouvaient être stockés qu’en dehors des murs de la ville pour des raisons de sécurité.
Dans les cours intérieures se trouvent de petites boutiques qui proposent du design, de l’artisanat et des spécialités culinaires. Il y a plusieurs bijouteries, dont Schmuckwerk, qui propose un grand choix de bijoux en pierres de verre.

Au fil du temps, un nouveau quartier s’est développé ici et le roi Frédéric-Guillaume Ier a fait agrandir les murs de la ville. De plus, le commandant de la ville, Hans Graf von Hacke, a été chargé de l’urbanisation, ce qui a donné naissance aux Hackesche Höfe ou au Hackesche Markt.
C’est une place centrale. Elle n’est pas du tout éloignée de l’Alexanderplatz et est facilement accessible
par le S-Bahn jusqu’à l’arrêt Hackescher Markt.
L’espace à proximité, accessible depuis la Rosenthaler Straße, s’étend sur plus de 9000 mètres carrés.

La première cour est décorée de briques bleues et blanches, les autres cours sont agrémentées d’arbres et de bancs. L’environnement et les nombreuses boutiques spécialisées font des cours intérieures une oasis agréable où l’on peut acheter du design et d’autres choses peu communes.

Au 19ème siècle, un fabricant de verre a acheté le terrain et ses descendants l’ont encore agrandi. Les immigrants juifs et français ont apporté la joie, la diversité et l’ouverture d’esprit dans la région, entre autres la première synagogue a été construite ici et le premier cimetière juif a été créé.
Il y a beaucoup de restaurants, de cafés en plein air et de magasins intéressants. C’est tout simplement un petit quartier agréable et convivial où l’on peut se promener.

Au début du 20e siècle, les architectes Kurt Berndt et August Endell ont commencé à planifier et à réaliser les cours telles que nous les connaissons aujourd’hui. Au 20e siècle, les premiers commerces de différents secteurs ont commencé à y travailler. Le marché se trouve dans le quartier de Mitte, donc dans l’ancien Berlin-Est. Depuis la réunification, il a été entièrement rénové.

Enfin, dans les années 1990, les cours intérieures, qui ont entre-temps été classées monuments historiques, ont fait l’objet d’importants travaux de rénovation.
Les façades des Hackeschen Höfe sont magnifiquement décorées et tout le quartier
 qui les entoure est devenu ces dernières années l‚un des plus branchés.
Aujourd’hui, la vie y fait rage, les magasins, les boutiques, les galeries et les cafés invitent à l’émerveillement et à l’achat. Les visiteurs du monde entier veulent voir les cours intérieures aménagées à grands frais et restaurées avec amour et s’attarder dans l’un des cafés ou restaurants.

Neue Wache – Nouvelle garde

 

La Neue Wache, ce bâtiment conçu par l’architecte Karl Friedrich Schinkel est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du classicisme et témoigne de l’histoire mouvementée de la ville.

C’est un petit bâtiment aux figures épurées et à la colonnade dorique austère. Petit mais si monumental qu’il se trouve à côté des grands bâtiments de la rue Unter den Linden, en face de la Bebelplatz, près de l’université Humbold.
La rue Unter den Linden est conçue comme la façade d’un temple grec avec des colonnes doriques. Le bâtiment servait à l’origine de maison de garde pour le cortège destiné à protéger le roi de Prusse.
L’idée initiale était d’utiliser le bâtiment comme logement pour les gardes et l’histoire en a fait un lieu historique.

En 1816, l’architecte Karl Friedrich Schinkel a dessiné le projet de la Neue Wache pour Frédéric Guillaume III. Elle fut ensuite construite de 1816 à 1818 et utilisée comme logement pour les gardes du Prinzessinenpalais.
Elle est aujourd’hui considérée comme l’une des œuvres les plus importantes de l’architecture classique en Allemagne. Le bâtiment est un monument à la victoire sur Napoléon et aux morts. Le monument est devenu le siège de la garde du palais. Pour loger la garde, il y avait des salles de garde, une prison, etc.

Si vous vous intéressez de plus près à la Nouvelle Garde, vous pourrez faire un tour d’horizon de son histoire.
Au fil des années, la garde a porté les noms les plus divers. Le bâtiment était appelé „Haupt- und Königswache“, il s’appelait également „Mahnmal für die Gefallenen“ (Monument aux morts) ou „Reichsehrendenkmal“ (Monument d’honneur du Reich) pendant la période 1933 – 1945 ou encore „Ehrendenkmal für die Opfer des Faschismus und Militarismus“ (Monument d’honneur aux victimes du fascisme et du militarisme).

Ainsi, chaque époque a géré le bâtiment de manière indépendante. La première parade de la garde a eu lieu le 18 septembre 1818, lors de la visite du tsar Alexandre. Le bâtiment a servi de poste de garde principal jusqu’à la chute de la monarchie en 1918. En 1931, le bâtiment est devenu un mémorial pour les morts de la Première Guerre mondiale, c’est-à-dire un monument aux victimes. Entre 1939 et 1945, les monuments ont été fortement endommagés. Après 1945, il fut reconstruit et servit désormais de mémorial contre le fascisme et le militarisme.

Le mémorial était gardé par des soldats de l’armée nationale populaire. La RDA maintenait en permanence deux gardes du régiment d’honneur Friedrich Engels devant le bâtiment. Jour après jour, une relève de la garde y était effectuée, ce qui rappelait fortement la relève de la garde anglaise à Londres.
À l’époque militariste, elle était au centre des défilés militaires, c’est pourquoi on la voit souvent sur les photos historiques.
Après la chute du mur, la Neue Wache a été réhabilitée et inaugurée solennellement en novembre 1993. Elle est maintenant devenue un monument aux morts et aux tyrans. Mémorial central de la République fédérale d’Allemagne pour les victimes de la tyrannie.
La pièce maîtresse de cet espace dépouillé est une copie en bronze agrandie de 1,6 mètre de la Mère et fils mort de Käthe Kollwitz (1937-39).
L’intérieur du bâtiment a été reconstruit à la demande d’Helmut Kohl et la sculpture „Mère avec fils mort“ ou „Pieta“ de Käthe Kollwitz y a été insérée. L’inscription dit : „Ils sont victimes des combats et de la tyrannie“. Derrière la Neue Wache se trouve le Palais am Festungsgraben.
Au début du 19e siècle, le célèbre homme d’État Freiherr von Stein y a vécu. Plus tard, il a servi de ministère des finances, puis de maison de l’amitié germano-soviétique. Le bâtiment est très bien situé entre l’université Humboldt et le musée historique, avec sa couleur rose flamboyante.
Aujourd’hui, il abrite un théâtre, plusieurs salles d’exposition et des galeries, à côté desquelles se trouve la Singakademie, construite en 1827 et destinée à la culture de la musique sacrée.
Elle est considérée comme l’un des chefs-d’œuvre du classicisme et a été construite
comme un castrum
romain.

Olympiastadion – Stade olympique 

Le stade olympique a été construit à l’origine pour les Jeux olympiques de 1936. Aujourd’hui, il abrite le Hertha BSC, qui est le principal utilisateur de l’enceinte sportive, et bien sûr la finale de la Coupe d’Allemagne en juin, que de nombreux fans attendent avec impatience toute l’année.
Il se trouve dans l’arrondissement de Charlottenburg-Wilmersdorf et est facilement accessible par les transports en commun. Il y a également suffisamment de places de parking. C’est
un spectacle immense et grandiose que de s’approcher du stade olympique. L’arène d’athlétisme est la plus grande de ce type en Allemagne.
Pour la Coupe du monde de football de 1974, le stade a été partiellement couvert.

La dernière fois qu’il a été utilisé dans un contexte plus large, c’était pendant la Coupe du monde de football 2006 et lors d’une finale de la Ligue des champions. En 2015, ce stade a accueilli la finale de la Ligue des champions sans participation allemande, mais avec la légende Lionel Messi. Comme il fallait un stade aussi grand pour accueillir tous les visiteurs de la Coupe du monde, il peut contenir plus de 76.000 places assises !
Entre 2000 et 2004, le stade a été rénové et utilisé pour la Coupe du monde de football 2006, y compris pour la finale de la Coupe du monde. Parmi les places de spectateurs, toutes sont équipées de sièges et tout est entièrement couvert. Une piste en tartan bleu a été installée à la demande du Hertha BSC.
Il a été construit en 1934 et achevé en 1936, juste à temps pour les Jeux olympiques d’été de 1936. Le stade olympique a été inauguré pendant les Jeux olympiques d’été de 1936, au cours desquels l’athlète américain Jesse Owens, très performant, a remporté quatre médailles d’or olympiques.
Jusqu’en 1945, il a été utilisé à des fins de propagande par les nazis. Elle devait être construite de manière monumentale sur le modèle des installations sportives antiques. L’effet complet de l’arène est particulièrement visible à l’intérieur de la pelouse verte, car seuls les gradins supérieurs dépassent du niveau du sol.
Cette méthode de construction a essentiellement permis de réduire le temps de construction. Une variante encore plus grande n’a pas été réalisée à l’époque pour des raisons de délais. À l’origine, l’architecte Werner March prévoyait un troisième anneau supérieur, car il se sentait trompé par la taille réelle. L’arène a depuis été reconstruite et rénovée et est aujourd’hui un lieu très particulier et paisible.
Outre le stade de football, il y a un stade de natation, un terrain de saut d’obstacles et, entre autres, un stade de football plus petit.
Le Maifeld, le stade de hockey, le stade équestre et le stade de natation, la Waldbühne, où ont lieu de nombreux concerts et événements, et le beffroi
font partie du site olympique.
Une partie du terrain est la Wahlbühne, qui est utilisée entre autres pour des concerts. De nombreux grands groupes et chanteurs allemands, comme Die Ärzte ou Helene Fischer, mais aussi des artistes internationaux comme Prince ou les Rolling Stones, y ont donné des concerts. Mais le stade olympique lui-même a également été utilisé par ces artistes pour des représentations.
Il y a bien sûr aussi un centre de documentation consacré au site.

Dans l’anneau ouest, l’ovale est interrompu par la porte du marathon, qui offre une vue sur le beffroi.
Si vous faites le tour du stade, vous pouvez monter sur une tour à l’extrémité ouest, d’où vous avez une bonne vue sur le stade et sur Berlin. La tour semble haute, et la dernière montée semble extrêmement ouverte et n’est pas recommandée aux personnes souffrant de vertige – sinon, c’est une belle tour que les visiteurs devraient avoir vue.
La visite du stade olympique est bon marché : si vous souhaitez vous promener à l’intérieur et admirer le bâtiment, l’entrée ne coûte que quelques euros et des cartes familiales sont également disponibles. Pour les seniors et les retraités, le prix d’entrée est inférieur au prix normal. Assurez-vous toutefois au préalable qu’il n’y a pas de match pendant la période où vous souhaitez le visiter et l’admirer tranquillement, sinon vous ne pourrez pas acheter de billet d’entrée.

Il n’est pas très difficile de se rendre au stade, le S-Bahn et le U-Bahn s’arrêtent tous deux à proximité et disposent de nombreux quais. Le stade se trouve dans le „vieux“ Berlin-Ouest. Vous pouvez par exemple prendre le métro U2 en direction de Ruhleben jusqu’ici ou prendre le S75 ou le S9 en direction de Spandau directement sur place. Tous les trajets se situent dans la zone B, de sorte qu’une carte AB normale suffit sans frais supplémentaires.

Norbert3

Alexanderplatz 

L’Alexanderplatz a été nommée en 1805 en l’honneur d’Alexandre Ier. Avec la Potsdamer Platz, elle était le cœur de l’ancienne vie nocturne. Après la chute du mur, les deux places sont redevenues des lieux importants du centre-ville, où l’on peut faire la fête et du shopping 24 heures sur 24. La tour de télévision se trouve directement sur l’Alexanderplatz, également appelée Alex dans le langage populaire. De là, on a une vue magnifique non seulement sur l’Alexanderplatz, mais aussi sur tout Berlin.

Au 17e siècle, la place était d’abord une place de marché. Plus tard, elle fut une place d’exercice. Elle a reçu son nom après la visite du tsar russe Alexandre Ier en 1805. C’est l’une des places les plus célèbres.
À la fin du 19e siècle, la place est devenue un carrefour important jusqu’à aujourd’hui.
La raison en est notamment la tour de télévision qui s’y trouve. La place est toujours très animée, il y a des artistes de rue et beaucoup de monde.
La gare est la raison pour laquelle plus d’un demi-million de personnes utilisent chaque jour l’Alexanderplatz, car on y trouve de nombreux restaurants et magasins qui proposent tout, du tabac aux différents parfums.

La construction du train de banlieue a eu lieu en 1882. À la fin du 19e siècle, l’endroit est devenu une destination de shopping populaire grâce à la construction des Halles centrales et du grand magasin Tietz. L’extension du réseau de métro a entraîné une transformation de l’Alexanderplatz. Désormais, des métros, des trains de banlieue et des bus circulent dans toutes les directions.
C’est une gare très ancienne. On peut toujours voir l’Alexanderplatz, du moins la tour de télévision qui, avec ses 368 mètres, peut être vue sur presque tous les quartiers. Elle a été construite en 1969 par la RDA et possède 2 niveaux dans la coupole, le premier est la plateforme d’observation et un étage plus haut se trouve le restaurant, les visiteurs peuvent y déguster une bière et voir toute la ville en une demi-heure – le restaurant tourne une fois sur son axe toutes les demi-heures.

Il est entouré d’immeubles de bureaux et de commerces. La vie y est désormais très animée. Depuis quelques années, l’Alexanderplatz est en cours de réaménagement. Depuis 1990, un tramway y circule à nouveau. Différents magasins s’y sont installés. En 2007, le centre commercial Alexa a ouvert ses portes. L’Alexa est considéré par beaucoup comme le meilleur centre commercial. Avec ses 180 magasins et 17 restaurants, il y en a pour tous les goûts. L’offre est très variée. Des cafés et des restaurants y sont présents.

L’une des attractions touristiques est la présence d’hommes et de femmes avec leur barbecue à ventre, sur lequel sont préparées des saucisses à griller.
Une autre curiosité de la place est l‘horloge universelle, qui donne l’heure pour le monde entier. L’horloge universelle est incroyablement belle dans la lumière du soir, voir la photo de l’horloge universelle à droite. Si vous vous intéressez aux magasins d’électronique (téléphones portables, radio, TV, streaming, musique, disques, films, appareils ménagers, t-shirts, livres, etc.), il y a un grand Saturn sur l’Alexanderplatz et un énorme Mediamarkt dans l’Alexa.

Pendant la période de la révolution bourgeoise et au début de la République de Weimar, il a également souvent été le théâtre de conflits politiques.
Les bâtiments historiques ont été fortement détruits par les attaques aériennes d’avril 1945.
À l’extrémité ouest de l’Alexanderplatz se trouve la mairie rouge (le nom n’est pas politique, la mairie est faite de carreaux rouges). L’hôtel de ville est aujourd’hui utilisé et est le siège du maire et de la Chambre des représentants. L’hôtel de ville possède également sa propre tour qui, avec ses 74 mètres, dépasse d’environ un quart la tour de télévision.

Dans les années 60, la place a été profondément transformée. De nombreux immeubles ont été construits pour donner une nouvelle image à la place. Parmi elles, on trouve „La maison de l’enseignant“, „La maison du voyageur“ et „La maison de l’industrie électrique“.
Pendant les vacances d’automne, vous découvrirez un grand marché avec un grand choix de vêtements et autres, et aux alentours de Noël, l’un des plus grands marchés de Noël se tient sur place. Là aussi, il est possible de faire des achats, de manger et de boire du vin chaud.
Sur la place se trouve également l’horloge mondiale de 10 mètres de haut. Sur l’horloge, le cadran tourne et sur le côté tout autour, on peut lire l’heure dans les pays du monde. En haut se trouve une sculpture du système solaire.

Museumsinsel – Île des musées 

L’île aux musées est l’un des plus importants complexes muséaux d’Europe, situé sur une île artificielle au centre de la capitale allemande. Elle comprend cinq musées de renommée mondiale, qui constituent tous ensemble l’une des plus grandes attractions de la ville.

La création de l’île des musées a commencé par la construction de l‘ancien musée (collections d’antiquités). Entre-temps, on y trouve, outre l’ancien musée, le Pergamonmuseum (architecture monumentale antique, art du Proche-Orient et art islamique), le Bode Museum (anciennement collection de sculptures et musée d’art byzantin ; sculptures européennes du Moyen Âge au baroque, art byzantin et collection de pièces de monnaie), le Neues Museum (collections égyptiennes et préhistoriques) et l‘Alte Nationalgalerie (peinture et sculpture du 19e siècle). siècle).

En 1999, l’île aux musées a été déclarée patrimoine culturel mondial par l’UNESCO.

L’Alte Museum a été conçu par l’architecte Karl Friedrich Schinkel et construit de 1825 à 1830. Des concerts en plein air et des représentations théâtrales ont lieu dans le Lustgarten devant l’Alte Museum. Profitez des bâtiments historiques comme toile de fond. Il est construit dans le style d’un temple grec.

Au 19e siècle, le Nouveau Musée est construit. On l’appelle aussi le musée égyptien, car il abrite une collection d’objets égyptiens et des pièces d’exposition. On peut y voir la célèbre Néfertiti et le chapeau d’or. En se promenant la nuit dans ce quartier aux façades anciennes et aux beaux éclairages, on peut découvrir une belle atmosphère.

En 1912, la construction du musée de Pergame a commencé. Il ne fut toutefois achevé qu’en 1930. Chaque visiteur peut y admirer le magnifique autel de Pergame.
Les habitants eux-mêmes considèrent qu’il est indispensable de visiter au moins le musée de Pergame. Vous y trouverez des trésors artistiques de l’Égypte ancienne, de la Grèce et de la culture byzantine. La reconstitution de l’autel de Pergame avec une frise grecque en marbre de 120 mètres de large est magnifique, mais la porte d’Ishtar de Babylone est
également impressionnante.

Le musée Bode s’appelait alors Kaiser Wilhelm Museum. Ce n’est qu’en 1956 qu’il a été baptisé du nom de Wilhelm von Bode, directeur du musée pendant de nombreuses années.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux objets d’art ont pu être mis à l’abri, mais l’île des musées a été en grande partie détruite. Après la réunification, les travaux de restauration et de reconstruction ont commencé. L’Alte Nationalgalerie a été inaugurée en 2001 et le Bode Museum en 2006.

Entre 2000 et 2015, le complexe du musée a été entièrement restauré, modernisé et agrandi. Outre les travaux de rénovation proprement dits, un système de liaisons aériennes et souterraines a été créé entre les différents bâtiments du musée, permettant aux visiteurs de se promener en continu à travers les vastes collections. De cette manière, les différents musées ont été reliés entre eux, tant sur le plan architectural que fonctionnel. En 1993, un concours a été lancé, dont l’objectif premier était de conserver les anciens bâtiments et de les adapter, par la technique et l’architecture, aux musées modernes. Les musées devaient être réunis en un seul complexe, sur le modèle du célèbre musée du Louvre à Paris. Une restauration de l’île des musées, d’un montant de plusieurs milliards, reliera les cinq musées par ce que l’on appelle une „promenade archéologique „L‘
entrée commune du complexe muséal a été conçue
par l’architecte britannique David Chipperfield, qui a également dirigé la restauration du Neues Museum entre 1999 et 2009.
L’île des musées, située sur une île de la Spree à Mitte, est un complexe culturel unique au monde dédié à l’archéologie et à l’art ancien. 6000 ans d’histoire sont rassemblés dans cinq musées sur un kilomètre carré – étonnant !
L’entrée porte le nom de James Simon, un industriel et bienfaiteur juif qui était ami avec l’empereur allemand Guillaume II et qui a fondé avec Wilhelm von Bode la Deutsche Orient-Gesellschaft (Société allemande d’Orient), qui a joué un rôle décisif dans les collections de l’île des musées – dont le buste mondialement connu de Néfertiti provenant des fouilles d’Al Amarna en Égypte en 1907-1914.
En été, les colonnades de l’Alte Nationalgalerie sont utilisées comme piste de danse pendant le festival de l’île des musées. Si vous souhaitez vous détendre entre les visites des musées, les chaises longues sous les colonnes de l’Alte Nationalgalerie sont tentantes. Vous pouvez y respirer et laisser les nombreuses impressions agir sur vous.

Dom – Cathédrale de Berlin 

La cathédrale de Berlin, située directement sous les tilleuls, est, comme tant d’autres églises, une expérience belle et paisible et est l’un des bâtiments les plus impressionnants de la City. L’église se trouve sur l’île des musées à Mitte, non loin de l’Alexanderplatz. Si vous faites un tour de ville avec l’un des bus à arrêts multiples, la plupart d’entre eux s’arrêtent ici.

La construction de cette grande église a commencé dans les années 1450. Elle s’inspire de la basilique Saint-Pierre de Rome. L’église originale à cet endroit a été construite en 1443 comme église de la cour des Hohenzollern, la lignée qui a ensuite donné naissance à la maison royale de Prusse. Cette famille est enterrée à cet endroit depuis 1536.
Cependant, en raison de défauts de construction, le bâtiment d’origine a été démoli et remplacé par un édifice religieux. La construction de la cathédrale que vous voyez aujourd’hui n’a commencé qu’en 1894, et elle n’a pu être inaugurée en grande pompe qu’en 1905. Avec ses riches ornements, elle est considérée comme un édifice typique du règne de Guillaume II. De 1894 à 1905, le chef de chantier de la cathédrale était Julius Raschdorff.
Les dimensions de la cathédrale sont de 114 mètres de long, 73 mètres de large et environ 116 mètres de haut.

De 1974 à 2002, la cathédrale a été restaurée et apparaît à nouveau dans toute sa splendeur.

Lorsque les visiteurs entrent dans la cathédrale, ils sont surpris par sa taille. L’autel artistiquement orné attire immédiatement le regard. C’est l’urbaniste Schinkel qui a donné l’idée du mur d’autel en arrière-plan.
L’église actuelle a été gravement endommagée en 1944 et n’a pu être réutilisée qu’en 1993, après une reconstruction de grande envergure. Les visiteurs peuvent voir
la magnifique coupole de la cathédrale avec ses peintures et la loge impériale en levant les yeux. La restauration définitive n’a toutefois été achevée qu’en 2002.

Ceux qui souhaitent se rendre à la loge impériale y parviennent en empruntant l’escalier impérial, décoré de magnifiques paysages. Sur les côtés se trouvent les sarcophages des Hohenzollern enterrés ici. Après 1945, la cathédrale est restée endommagée et abîmée pendant de nombreuses années, mais on a finalement commencé à la rénover et à la reconstruire, ce qui a été achevé en 1993.

Différentes visites guidées y sont proposées dans les langues les plus diverses.
Cette attraction, comme beaucoup d’autres, se trouve dans la belle et mythique rue Unter den Linden et est donc facile à trouver.

Vous ne verrez pas seulement l’intérieur de la cathédrale, mais vous pourrez également visiter le caveau royal dans le sous-sol, où plus de 100 Hohenzollern sont logés avec leurs dates respectives. Si vous visitez l’église, ne manquez pas de faire un détour par la tour et la crypte où repose la famille royale. Les différentes tailles des cercueils et leurs diverses décorations sont particulièrement impressionnantes. Aujourd’hui, outre les services religieux réguliers, l‘église accueille des événements musicaux et des expositions d’art, et vous aurez peut-être la chance d’être le témoin d’un mariage.

La coupole colossale peut également être visitée. Des concerts d’orgue y sont régulièrement organisés et la messe du dimanche est également traduite en plusieurs langues, ce qui la rend intéressante pour les visiteurs étrangers. Une fois à l’intérieur, ne manquez pas de monter tout en haut et de ressortir en faisant le tour complet de la coupole – c’est un spectacle incroyablement beau !

La cathédrale se trouve à côté du Lustgarten, qui a été aménagé en 1573 et qui a d’abord servi de jardin d’herbes aromatiques, puis de jardin d’agrément. Il est particulièrement apprécié des étudiants de l’université Humboldt. Il se trouve exactement entre la cathédrale et l’ancien musée.
La cathédrale est ouverte aux touristes et des visites guidées sont proposées du lundi au samedi de 9h à 20h et peuvent être réservées sur place. Les dimanches et les jours rouges, les visites guidées ont lieu de 12h00 à 20h00. L’entrée dans l’église coûte environ 10 €, mais vous pouvez entrer pour moins cher avec un carnet de réduction. Si vous souhaitez louer
un audioguide, cela vous coûtera quelques euros supplémentaires.

Kaiser Wilhelm Gedächtniskirche  

Le Kaiser Wilhelm Gedächtniskirche est une ancienne église commémorative construite à la mémoire de l’empereur Guillaume. Construite dans les années 1890, elle était un véritable fleuron, se trouve sur le Kurfürstendamm et est probablement l’un des symboles les plus connus de la ville.
Après quatre ans de travaux, elle a été érigée en 1895 en l’honneur de l’empereur Guillaume Ier. L’architecte était Franz Schwechten
de Cologne. La tour a été dotée d’une hauteur imposante de 113 mètres, ce qui en faisait l’un des bâtiments les plus hauts. Elle a été détruite lors d’un des nombreux combats du 23 novembre 1943, le clocher a brûlé.
Depuis, l’église est restée en ruine et a servi de mémorial. Et bien qu’elle soit détruite, elle reste un lieu incroyablement beau, dont la beauté variée est un véritable témoignage des horreurs de la Seconde Guerre mondiale.
Elle est devenue l’emblème de la ville détruite, d’autant plus que le clocher détruit s’élève vers le ciel, menaçant.

À l’intérieur de l’église, de magnifiques mosaïques ont été conservées au plafond et sur les murs, que les visiteurs ne devraient pas manquer.

Elle est également très belle lorsque l’obscurité tombe, car l’église est éclairée de l’extérieur comme un monument. Parfois, des concerts d’orgue sont organisés à l’intérieur de l’église, il paraît que c’est très spécial.

Dans les années 50, de manière totalement inattendue, l’architecte Werner March a été chargé de la construction de la nouvelle église. Son projet n’a pas fait l’unanimité et un nouvel appel d’offres a été lancé.

En 1961, l’architecte Egon Eiermann de Karlsruhe a créé une nouvelle église plutôt minimaliste. Elle a des murs très particuliers, composés de petites plaques de verre aux reflets bleus variés, ils ont été assemblés à partir d’environ 20 000 vitraux, les vitraux ont été fabriqués à Chatres. Bien sûr, elle ne peut pas rivaliser avec sa voisine, l’église en ruine, mais c’est tout de même une belle église qui vaut la peine d’être visitée.

Le soir, elles s’illuminent d’une lumière bleutée, ce qui, associé à la ruine voisine, crée une atmosphère solennelle particulière.

Les ruines de l’église sont également connues sous le surnom de „dent creuse“, même l’architecte la qualifie de „dent pourrie qui doit être démolie, il n’avait pas encore fait la paix avec l’ancienne tour“.
La nouvelle tour, construite à côté du cerisier du souvenir, a reçu plusieurs noms, on l’appelle „poudrier“ ou encore „rouge à lèvres“.
Les ruines de la tour de 63 mètres de haut restent cependant très impressionnantes. Dans les années 2010, les ruines ont été rénovées, ce qui est désormais terminé.
Les ruines de l’église et la nouvelle église font partie d’un quartier qui se développe rapidement, et juste à côté, un grand complexe résidentiel avec des appartements de luxe et l’hôtel Waldorf Astoria a été construit.
Outre l’église, il y a bien d’autres choses à voir dans
les environs de l‘église commémorative de l’empereur Guillaume :
Bikini Berlin est un centre commercial assez récent juste en face de l’église, le centre commercial semble différent et a quelques magasins de mode, il y a des fenêtres donnant sur le zoo depuis la maison Bikini. Une partie de ce centre commercial est également un hôtel avec une histoire très particulière. Lorsque les clients de l’hôtel allaient aux toilettes, on pouvait se tenir dans la rue et regarder – heureusement, cela a été corrigé.
Europacenter était pour les locaux le premier grand centre commercial de Berlin-Ouest, il est connu pour son horloge à eau, vers 12h58, le spectacle commence chaque jour à l’horloge à eau, allez voir, les enfants sont particulièrement fascinés par ce spectacle.
Le KaDeWe et la gare du Zoo sont à quelques pas.

Michael

Faire du tourisme à Berlin, que ce soit en bus, à pied, à vélo ou en bateau, a toujours quelque chose d’excitant. J’ai aussi quelques informations sur certains lieux.

Zitadelle – Citadelle de Spandau 

La citadelle de Spandau est une citadelle située à Spandau, à l’ouest. Elle a été construite entre 1559 et 1594 et est considérée comme l‚une des forteresses les plus importantes et les mieux conservées de la Renaissance en Europe.
La forteresse de Spandau était alors considérée comme quasiment imprenable et a joué un rôle important dans l’histoire militaire du Brandebourg et de la Prusse.

Située à l’ouest de Charlottenburg Wilmersdorf et au nord de Potsdam, cette ancienne forteresse est entourée d’eau.
Construite sur une île au nord-est de la vieille ville de Spandau, au confluent de la Havel et de la Spree, la forteresse servait à protéger la ville, qui était indépendante jusqu’en 1920.

Les nouvelles techniques d’armement ayant rendu les anciens châteaux inutilisables, le prince électeur Joachim II fit construire la citadelle au 16e siècle. L
‚architecte était l’Italien Francesco Chiaramella de Gandino. Le bâtiment reflète l’idéal architectural de l’époque – il est symétrique, possède quatre bastions et n’a donc pas d’angles morts.

Les quatre bastions offraient une protection suffisante. La porte d’entrée avec un pont-levis se trouve dans la courtine sud.
Elle a été utilisée à différentes fins, notamment comme usine de munitions pendant la guerre de Trente Ans et comme laboratoire de gaz pendant la période 1939-1945.

Pendant la guerre de Trente Ans, les troupes suédoises se sont retirées à l’abri de la ville. Pendant la guerre de Sept Ans, l’épouse de Frédéric le Grand, la reine Elisabeth Kristina, s’y est réfugiée pour se mettre à l’abri des Autrichiens.

La façade date de 1839, après que la façade Renaissance d’origine ait été endommagée et n’ait pas été reconstruite.
La citadelle de Spandau est une forteresse médiévale située dans le quartier de Spandau.
Chaque hiver, environ 10.000 chauves-souris hibernent à l’abri de la forteresse de Spandau.

Si les visiteurs traversent le pont et le Torhaus, ils arrivent à gauche au Palas, la construction gothique de la salle. Ce bâtiment a lui aussi été partiellement détruit et reconstruit en 1977 dans un style néogothique. Il est l’une des forteresses historiques les mieux conservées d’Europe et se trouve sur une petite île au confluent de la Havel et de la Spree, entièrement entourée d’eau.

Dans le Bastion de la Reine sont exposées de nombreuses pierres tombales juives datant du 13ème siècle.
La partie principale de la forteresse a été achevée entre le XVIe et le XVIIe siècle et construite par Joachim II, prince électeur de Brandebourg. Elle a été conçue
par l’architecte italien Chiaramella da Gandino d’après des modèles de l’Italie du Nord. Il conçut quatre bastions en forme de flèches portant les noms de roi, reine, prince héritier et Brandebourg.

Suite à l’expulsion des juifs au 16e siècle, ces pierres tombales sauvées fournissent de précieuses informations sur la culture et la vie de la communauté juive à cette époque.
La forteresse se trouve à l’emplacement d’une colonie slave du début du Moyen Âge. Plus tard, elle a été transformée en une grande forteresse destinée à protéger la ville de Spandau, située sur une importante route commerciale reliant la Rhénanie à la Pologne.

La partie la plus ancienne conservée de la forteresse est la tour Julius, haute de 32 mètres, construite vers 1200 et considérée comme l’emblème de Spandau.
Il s’agit aujourd’hui du plus ancien bâtiment non religieux.

Une fois que les visiteurs ont gravi les nombreuses marches de l’escalier en colimaçon, une belle vue s’offre à eux sur la ville et ses environs. La partie supérieure de la tour est une extension conçue par Karl Friedrich Schinkel en 1838. Les murs de la tour ont une épaisseur de 3,6 mètres. La salle principale (palas) de la forteresse a été construite entre 1521 et 1523.
La couronne de créneaux est l’œuvre de Karl Friedrich Schinkel. L’origine de son nom n’est pas clairement établie, il provient probablement du serviteur juif du margrave Ludwig des Romains au 14ème siècle.
Les bastions de la forteresse carrée sont espacés d’environ 300 mètres aux sommets. Les bastions modernes étaient importants parce que le développement des canons avait rendu les anciens châteaux forts inaptes à la défense.
Le seul véritable affrontement militaire dans la forteresse a eu lieu pendant les guerres napoléoniennes en 1813. Les troupes prussiennes l’ont attaquée pour la reprendre aux Français, causant d’importants dégâts, notamment au bâtiment de la porte.

Au fil du temps, la citadelle a servi de prison à plusieurs reprises pour des noms connus, comme Friedrich Ludwig Jahn, le père de la gymnastique, en 1821.

Au 19e siècle, plusieurs nouveaux bâtiments ont été construits à l’intérieur de la forteresse.

Plus tard, la forteresse a servi de prison et de trésor. Les réparations payées par la France à l’Allemagne après les combats de 1870 ont été conservées dans les tours Julius jusqu’en 1919.

Au 20e siècle, la citadelle a par exemple servi de logement à une école professionnelle. Ces dernières années, elle a été utilisée comme musée et est devenue une attraction touristique populaire. L’arsenal abrite le musée de l’histoire de la ville de Spandau.

Aujourd’hui, la cour intérieure et une scène en plein air servent de décor à de grands concerts et autres manifestations culturelles.

Rotes Rathaus 

Le Rote Rathaus se trouve dans la Rathausstraße, au centre, entre la tour de télévision et la Spree, et abrite le Sénat de Berlin et le maire de la ville. Le nom n’a rien à voir avec les communistes – c’est juste la couleur des pierres de kinker rougeâtres, le modèle de cet habillage rouge était ici la haute Renaissance italienne du nord.

Il est le siège du Sénat et du maire régnant.
L’hôtel de ville a été construit
entre 1861 et 1869 par l’architecte Friedrich Waesemann. Le modèle de l’édifice était l’hôtel de ville de Thorn en Prusse occidentale, tandis que l’inspiration pour la tour venait de la cathédrale de Laon en France. Elle mesure 99 mètres de long et 88 de large. Elle se compose de plusieurs ailes de bâtiment avec trois cours intérieures. La tour, haute de 74 mètres, est visible de loin.
Depuis le Moyen-Âge, des hôtels de ville ont été construits à cet endroit.
L’ancêtre de l’hôtel de ville de Berlin se trouvait sur le Molkenmarkt. Il était composé de plusieurs bâtiments. Certains d’entre eux dataient encore du Moyen-Âge. L’ancien hôtel de ville n’étant plus considéré comme adéquat et fonctionnel, le nouveau lieu a été créé.

Elle rappelle un peu Big Ben. Il s’inspire cependant de la cathédrale de la ville française de Laon et de l’hôtel de ville de la ville de Thorn, en Prusse occidentale. Un balcon qui s’étend sur toute la longueur du bâtiment et une frise en terre cuite dont les 36 reliefs racontent l’histoire de la ville depuis le 12e siècle sont quelque peu inhabituels.

Dans les années 50, il a été restauré et l’intérieur a également été modernisé.
Le bâtiment a été restauré après 1945 et a accueilli l’administration de la ville de Berlin, qui y a vécu jusqu’à la chute du mur en 1989. Dans le cadre de la réunification, le Sénat de Berlin-Ouest a déménagé de la mairie de Schöneberg vers la mairie rouge.

Devant la mairie se trouve un petit monument en l’honneur des hommes et des femmes qui ont nettoyé les ruines de la ville après la Seconde Guerre mondiale, deux statues, l’une représentant la Trümmerfrau et l’autre le Aufbauhelfer. Les deux statues ont été créées par Fritz Kremer en 1958.

À l’intérieur du lieu, vous trouverez la salle des armoiries, la grande salle et la salle des colonnes. La salle des armoiries est particulièrement utilisée pour les inscriptions dans le livre d’or de la ville et pour les réceptions. Les armoiries des arrondissements de la ville y sont présentées. La Grande Salle est principalement utilisée pour des concerts, des réceptions et des lectures. On
y trouve une mairie dans chaque arrondissement. C’est sans doute à Schöneberg qu’elle est la plus présentable. C’est là que le président américain de l’époque, John F. Kennedy, a prononcé son discours „Ich bin ein Berliner“ en 1963. A Neukölln, il ressemble à un château médiéval et à Kreuzberg et Mitte, il est plutôt discret.
Devant la mairie rouge se trouve la fontaine de Neptune, autrefois un cadeau de la City à l’empereur Guillaume.
Au centre de la fontaine se trouve le dieu romain Neptune. Les quatre femmes entourant Neptune représentent les quatre principaux fleuves de la Prusse à l’époque de la construction de la fontaine : l’Elbe (avec la figure allégorique tenant des fruits et des céréales), le Rhin (filets de pêche et raisins), la Vistule (blocs de bois, symboles de la sylviculture) et l’Oder (chèvres et peaux de bêtes).

Flughafen – Aéroport de Tempelhof 

L’aéroport de Tempelhof se trouve au centre et a été ouvert en 1927. En 1934, des travaux d’extension à grande échelle de l’aéroport ont été entrepris. Tempelhof est un district américain dont le nom remonte à une fondation de l’ordre des Templiers. Le district était étroitement lié à ce qui était jusqu’alors le seul aérodrome central d’Europe. À la fin des années 1930, cet aéroport était l’un des plus fréquentés au monde. Il n’est situé qu’à quelques kilomètres du centre-ville.

Vu d’en haut, l’aéroport a la forme d’un aigle. L’aéroport est par ailleurs surtout connu pour le blocus de Berlin entre le 24 juin 1948 et le 12 mai 1949. C’est à cette occasion que le monument du pont aérien a été érigé. Il est également appelé „Hungerharke“ par les anciens habitants. Le monument a été érigé en souvenir des 78 victimes (pilotes et personnel au sol).
A cette époque, l’Union soviétique tentait d’empêcher l’arrivée de matériel et de ravitaillement en fermant toutes les routes et les voies ferrées menant à Berlin-Ouest. L
‚objectif de l’Union soviétique était de prendre le contrôle de tous les districts.

En guise de contre-mesure, les forces aériennes américaines et britanniques ont lancé le 24 juin un pont aérien qui a permis de se ravitailler via l’aéroport de Tempelhof.
En ces temps difficiles, la population y fut approvisionnée
par les „bombardiers à raisins“ avec tout ce qui était nécessaire à la vie. Plus de 200.000 vols ont été effectués et au total, environ 13.000 tonnes de marchandises ont été ravitaillées ici (farine de blé, orge, levure, fromage, poisson, lait, viande, pommes de terre, café, graisse, sucre, légumes, charbon, cigarettes, essence, sel, chocolat et friandises pour les enfants), rendant ainsi le blocus inefficace.

Le pont aérien a été un exploit technique hors du commun. Grâce à ce pont aérien, les Berlinois de l’Ouest ont pu survivre au blocus. L’Union soviétique a brisé le blocus le 12 mai 1949. L’aéroport de Tempelhof, aujourd’hui désaffecté, qui était autrefois le plus grand bâtiment du monde, soi-disant visible depuis la lune, est peut-être l’un des aéroports du monde dont l’histoire est la plus dramatique, notamment en raison du pont aérien.

Il est entouré d’habitations, c’est pourquoi les pistes étaient très courtes. Une extension des pistes n’était pas possible à cause des maisons, le bruit était à peine supportable pour les habitants.
La métropole et les aéroports sont une histoire d’amour compliquée, ils s’ouvrent et se ferment à quelques décennies d’intervalle.

Comme Tempelhof était trop petit, un aéroport moderne a été construit à Tegel, au nord de la ville, pour 400 millions de marks et a été inauguré en 1974. L’aéroport de Tegel était généralement considéré comme l’aérodrome des courtes distances.

Dans les années 70 et 80, le trafic aérien au départ et à destination de Berlin reposait sur le droit allié. Depuis 1975, il était desservi par la Pan Am, British Airways, Air France ainsi que par diverses compagnies charters alliées.

Jusqu’en 2008, Tempelhof était le plus endormi des trois aéroports. Il a ensuite été définitivement fermé et est aujourd’hui un parc public, Tempelhofer Park, où des visites guidées sont proposées, notamment dans l’ancien terminal.

Les immenses pistes d’atterrissage de Tempelhof ont rapidement été investies par les habitants, qui font désormais du skateboard et du cerf-volant, boivent de la bière et s’adonnent au jardinage urbain. Les dimanches ensoleillés paraissent magiquement longs et paisibles sur cet immense espace ouvert, et l’endroit est devenu à juste titre l’un des meilleurs lieux de rencontre.

Clubs

English:

Français:

Italiano:

Espanol:

Nederlands:

Polska:

❤ Vote ❤
[Total: 6 Average: 3.8]
Ma Baker Party Sa 01.Okt. Silverwings