Tresor Berlin

Infos

District:

Tresor Berlin Mitte

Adresse:

Köpenicker Str. 70

Heures d’ouverture:

Lun, mer, ven, sam 23:00h

Les sols:

2

Prix/Admission:

Particularités

Besonderheiten:

Kellerfloor – Sous-sol

Styles de musique:

Electro House Minimal Tech-House Techno

type:

Club

Site web:

https://tresorberlin.com/

Le monument Tresor Berlin. Pour retrouver les racines de la culture des clubs de Berlin, il est sans doute indispensable de mentionner le Technokeller. Faire la fête avec des sons durs d’ordinateur a probablement été inventé pour le Club du Trésor.

Les opérateurs du club Ufo de Berlin-Ouest, alors situé dans la Großgörschenstrasse au Kleistpark de Schöneberg, ont découvert l’emplacement du métro dans la Leipziger Strasse. Le bâtiment de l’ancien grand magasin Wertheim était vide et l’emplacement invitait juste à y ouvrir un étage Tekkno.

En 1991, le Nightspot a ouvert ses portes dans les anciennes salles de sécurité sombres et moisies de l’ancien grand magasin Wertheim sur la Leipziger Platz. Celui qui avait pénétré une fois en 1991 dans les salles sacrées avec le fameux système de sonorisation Bose, se doutait qu’il ne vivrait plus rien d’incroyable dans le domaine du clubbing dans ce monde par la suite. Le spectacle de lumière était minimaliste, il n’y avait que des stroboscopes et une lumière bleue, mais la piste de danse était complètement embuée. Les ravers portant des masques à gaz étaient plutôt rares à repérer de cette façon.

Au lieu de consacrer les salles au patrimoine culturel mondial, le bal de démolition a eu lieu en 2005, aujourd’hui un centre commercial s’y trouve. Le Trésor est devenu internationalement connu. Entre 2005 et 2007, le label a célébré ses fêtes en exil au SO36 et à Maria am Ostbahnhof.

Et depuis 2007, le Trésor est basé dans l’ancien Heizkraftwerk Mitte. Avec le „Batterieraum“ et le sous-sol, auquel on peut accéder par un long tunnel. L’intérieur est spartiate dans le sens positif du terme – les casiers désuets de l’ancien grand magasin Wertheim ajoutent au sentiment de fête. Mike Banks, Jeff Mills (Underground Resistance), Juan Atkins, Joe „Energy Flash“ Beltram , Kenny Larkin, Tanith, Marusha ou encore Blake Baxter étaient responsables du son spécial.

Depuis le début, les créateurs ont fait jouer de nombreux DJs vedettes d’aujourd’hui, comme Paul van Dyk. Sven Väth ou Westbam ont également tourné les platines dans les anciennes et les nouvelles salles. Et aujourd’hui aussi, les lundis, mercredis, vendredis et samedis, des DJ jouent pour faire la fête. Z ,Oscar Mulero, Jonas Kopp, DJ Deep, Objekt, Carlos Souffront, Derek Plaslaiko, Eric Cloutier, Bryan Kasenic, Route 8 – Live ou Claudia Anderson.

Le club est entré dans l’histoire en devenant l’un des premiers magasins de techno à Berlin. Aujourd’hui, c’est l’un des clubs EDM les plus populaires de la ville. Les lundi, mercredi, vendredi et samedi, les portes du temple du plaisir, désormais situé dans la Köpenicker Straße au centre de Berlin, sont ouvertes aux touristes fêtards et aux fans de techno berlinois qui veulent faire la fête jusqu’au petit matin.

Der Club | Eventlocation | Dancefloors | Silvesterparty:

Le Tresor tire son nom de son ancien emplacement, la voûte de l’ancien grand magasin Wertheim sur la Leipziger Platz.

Entre-temps, la légendaire institution a malheureusement dû déménager parce que le grand magasin a dû faire place à un immeuble de bureaux, mais l’extraordinaire flair des voûtes de la cave a pu être conservé dans une certaine mesure, si cela est possible.

L’atmosphère est morose – les ruines de l’ancienne centrale de chauffage de Mitte, où se trouvent les pistes de danse depuis son déménagement en 2007, véhiculent une image sinistre, les vieux casiers pris dans le grand magasin et les portes massives en treillis métallique complètent le tableau de l’ancienne usine, bien que, en raison des nombreux brouillards et du peu de lumière dans le club, on n’en voit pas beaucoup… L’endroit est un labyrinthe de couloirs en béton qui se transforment en salles de sous-sol et en espaces pour les événements.

D’autre part, le stroboscope et les faisceaux laser colorés produisent des effets d’éclairage colorés. L’aspect industriel du lieu de l’événement s’accorde donc parfaitement avec le son brut et intense de la techno de Detroit, pour laquelle il a acquis une notoriété nationale. Il n’y a pas de code vestimentaire ici, les invités sont habillés de façon décontractée, après tout il faut être à l’aise quand on danse toute la nuit !

Les médias :

Le Tanzpalast est célébré sur Internet comme l’une des 10 meilleures discothèques de Berlin. Avec „The Vault and the Electronic Frontier“, le Tresor a même obtenu son propre film documentaire sur sa création et son succès, qui a été présenté au festival du film „Achtung Berlin“ le 16 avril 2005.

Le livre et l’adaptation cinématographique „Wir werden immer weiter gehen“ de George Lindt font également référence à l’histoire et surtout à la vie du fondateur, Dimitri Hegemann. La couverture médiatique a renforcé l’image du club et l’a fait connaître au niveau national.

Les planchers :

Elle propose trois étages différents. Au rez-de-chaussée, la salle des batteries, la danse ne s’arrête pas. Un peu plus calme est le +4-Bar, d’où vous avez une vue imprenable sur les ruines de l’ancienne centrale électrique. La cave, à laquelle on ne peut accéder que par un tunnel de 30 mètres de long, constitue un point fort. Depuis 1992, le lieu de l’événement célèbre également chaque année une fête de la Saint-Sylvestre avec une file d’attente importante.

La musique :

Dans la salle des batteries et le bar +4, on joue principalement de l’électro et de la house. Dans le Techno Keller, en revanche, le Tresor reste fidèle à ses racines, de sorte que l’on y joue principalement de la „Detroit Techno“.

Des DJ internationaux se produisent régulièrement dans le DJ Kanzel pour faire trembler les sols. Même un propre label de disques, Tresor Records, a été créé ces dernières années. Certains artistes aujourd’hui mondialement connus ont commencé leur carrière sous ce nom et sont également heureux de revenir à leurs origines.

Entre-temps, le club a passé plus de 5 000 nuits et, avec son existence depuis une trentaine d’années, aucune autre salle de danse ne peut suivre le rythme. C’est pourquoi une visite de l’ancien Kraftwerk est un voyage dans l’histoire de la techno à Berlin et est vivement recommandée aux fans de ce genre de musique !

Que disent les autres ? Liens internet de la presse :

Événements à venir

https://tresorberlin.com/

Commentaires:

Ingo F
Le Tresor est l’un des clubs les plus historiques et l’un des plus importants du siège du gouvernement allemand, notamment parce qu’il a été l’un des premiers en Europe à élaborer son programme basé sur la techno-musique.
Elle a contribué à établir la réputation de Berlin en tant que capitale mondiale des clubs. Les DJ du monde entier jouent encore souvent dans le noyau de la scène techno.
Le „Tresor“, comme beaucoup d’autres instituts du paysage de la danse, vit aussi dans une large mesure de son propre mythe. „Début janvier 1991“ : c’est ainsi que la petite histoire a commencé sur le site Internet il y a quelques années, et elle ressemble à un conte de l’époque glorieuse et révolue.

Elle a été fondée en mars 1991 dans les voûtes de l’ancien grand magasin Wertheim, au 126 Leipziger Strasse, dans le centre de Berlin-Est, à côté de la Potsdamer Platz. L’histoire remonte à 1988, lorsque le label de musique électronique Interfisch a ouvert le club Ufo. Ufo était à l’origine le centre pour la maison et l’acide, entre autres à Schöneberg, mais il a été fermé en 1990.
Après la fermeture, les fabricants de l’OVNI ont trouvé les nouveaux locaux près de la Potsdamer Platz. C’était une période avantageuse, car elle n’était que quelques mois avant la réunification de l’Allemagne. Les voûtes sous le grand magasin de Wertheim se sont avérées être l’endroit idéal, et l’endroit est rapidement devenu une adresse de choix.

Ce n’est qu’en 2007 que Tresor s’est installé sur son site actuel, une ancienne centrale électrique berlinoise à l’atmosphère plutôt lugubre, le cadre idéal pour plus de nuits que jamais. Les fêtes du week-end, où l’on peut s’attendre à de longues files d’attente à l’entrée, sont célèbres.

Mais il y a aussi des événements intéressants en milieu de semaine, même si certains étages peuvent être fermés, par exemple Globus le lundi soir. Nombre des DJ qui s’y produisent font partie du label éponyme Tresor, autre force de ce club, qui a également sa propre maison de disques depuis le début.
Amusez-vous bien

Siran
Dans les années 90, alors que le „Tresor“ était encore situé dans la Leipziger Straße et qu’il était en fait (semi-légalement) logé dans une salle de sécurité désaffectée pour les recettes de l’ancien grand magasin Wertheim, il était considéré comme le club le plus célèbre du monde (un rôle aujourd’hui repris par „Berghain“) et s’est fait une réputation de capitale internationale de la culture de la danse et de la musique électronique.

Nightklub est une discothèque techno underground à Berlin et également une maison de disques. Il est situé dans le Mitte et est l’un des meilleurs de la ville. C’est à la fois un club underground et une maison de disques. Elle a été fondée en mars 1991 dans le bâtiment qui abritait autrefois l’ancien grand magasin Wertheim dans le quartier Mitte, près de la célèbre Posdamer Platz. Le nom „Tresor“ vient des voûtes qui caractérisent le plafond du bâtiment. Ravendus par la vie dans les grandes villes

En peu de temps, il est devenu un lieu où tout le monde voulait s’amuser, réunissant des jeunes des deux côtés de la ville qui venaient ici juste pour danser et s’amuser au son de la musique techno. En 2005, les propriétaires ont dû fermer toutes les pistes de danse de l’ancien bâtiment de Wertheim.
Il a ensuite été réouvert en mai 2007 dans une ancienne centrale électrique rénovée dans le quartier Mitte.

Le nouveau domicile est une cathédrale de béton aussi haute qu’une maison. D’énormes piliers porteurs et transversaux rappellent l’ancien usage industriel, l’intérieur labyrinthique abrite trois pistes de danse. „Globus“ pour la house music, „+4Bar“ pour la musique électronique expérimentale et „Vault“ au sous-sol pour le „son sans compromis“.

L’espace est divisé en trois pièces : le „Vault“, la salle de la cage (chambre forte) où les sons techno sont joués à très haut volume ( !), le „Globus“, la pièce la plus spacieuse, toujours avec de la musique électronique, mais house, et le „+4Bar“ avec de la musique électronique expérimentale.

Le programme hebdomadaire est bien trié. La „Klubnacht“ sur le sol „Globus“, par exemple, présente les sons des clubs et des fêtes underground de Berlin, de la scène dance et house. Electric Monday“ dans le „+4Bar“ met en lumière les vieux maîtres et les jeunes talents, à l’écoute de la deep house et de la techno, branchée et classique, en vinyle ou en numérique, bref, ce que le „Tresor“ appelle le „B-City style“.
C’est l’un de ces endroits où vous auriez dû vous rendre au moins une fois si vous voulez vraiment parler de la vie nocturne animée de la grande ville.

Lisa p.
Tresor a été fondé en 1991 dans le sous-sol d’un ancien grand magasin sur la Leipziger Platz à Berlin, un début qui n’avait aucune idée que le lieu deviendrait une icône de la vie nocturne un quart de siècle plus tard. Désormais relocalisé dans le très industriel Kraftwerk, ce haut lieu de la techno incarne l’expérience du house club berlinois : sombre, bruyant, excitant et hédoniste.
Des DJ comme Sven Fäth et Paul van Dyk y ont lancé leur carrière mondiale. Le „son“ dur et martelant était né. En 2005, la dernière fête a eu lieu dans la Leipziger Straße,
Le club a fermé le 16 avril 2005 après plusieurs années de bail à court terme prolongé. La ville a vendu la propriété à un groupe d’investisseurs pour la construction de bureaux sur le site de la Leipziger Straße. Le site était ouvert tous les soirs du mois d’avril 2005, la manifestation de clôture ayant lieu le samedi soir et commençant par de longues files d’attente jusqu’au lundi matin.

Deux ans plus tard, les organisateurs et les DJ ont de nouveau accueilli leur public, maintenant dans une centrale de cogénération désaffectée de la Köpenicker Straße. Une partie des anciens équipements a été intégrée dans les nouveaux locaux.

Il reste un club populaire à ce jour, ayant été continuellement agrandi et remodelé à plusieurs reprises pour inclure un jardin extérieur et un deuxième étage „Globus“. Le concept de l’espace de danse au sous-sol était spécifiquement axé sur la hard techno, l’industrie et la musique acide, tandis que le Globus offrait principalement un son house plus doux.

Le hall techno est rempli de Berlinois et aussi de touristes techno : Vous serez entouré d’une ONU de fans de house music et d’amateurs de scènes internationales. Le lieu est une centrale électrique désaffectée et des éléments industriels délabrés ont été laissés intacts, ce qui ajoute à l’atmosphère.

Le label Tresor Records a été fondé peu après son ouverture en octobre 1991. Parmi les artistes de ce label figurent Jeff Mills, Blake Baxter, Juan Atkins, Robert Hood, Stewart Walker, Joey Beltram, DJ Surgeon, Pacou, Cristian Vogel et bien d’autres.
Vous pouvez consulter le programme ici à clubguideberlin ou sur le site officiel

Sarah S
Dans les entrailles d’une immense centrale électrique désaffectée se trouve le Tresor, le vaisseau-mère de la techno berlinoise.
Un escalier délabré menait à une pièce sombre et claustrophobe, où l’air était humide, les plafonds bas, les murs en béton épais et les portes en fer. La salle voûtée était séparée par des barreaux de prison. Le long des murs, on pouvait voir de vieilles armoires blindées, des casiers, des coffres-forts et des boîtes à monnaie.

Au début des années 1990, cet endroit lugubre de la Leipziger Straße est devenu l’un des centres de la scène techno. Il allait se transformer en l’un des clubs les plus célèbres du monde : le Tresor.

Ce n’est pas un hasard si la techno a trouvé un terrain fertile au cœur de la ville au début des années 90. De nombreux bâtiments sont restés vides après la chute du Mur, et même avant la réunification de la ville, une forte sous-culture techno s’est établie à Berlin-Est et à Berlin-Ouest. L’esthétique minimaliste et froide de l’espace de danse correspondait parfaitement aux rythmes futuristes en plein essor de Detroit – connu comme le berceau de la techno – et aux lumières stroboscopiques qui clignotent dans l’épais brouillard et la foule des danseurs.

Les rythmes répétitifs, avec des basses que l’on pouvait sentir dans tout le corps, contribuaient à un sentiment d’unité : La musique forte et la danse étaient au centre de l’action. Elle a créé l’égalité sur la piste de danse. Tout le monde était là pour danser et s’amuser, y compris de nombreux DJ du monde entier.

Fondé en 1991 dans la chambre forte éponyme d’un grand magasin abandonné près de la Potsdamer Platz, cet établissement a lancé la carrière de DJs de premier plan comme Tanith, Sven Väth, Paul van Dyk et Ellen Allien.
La plus grande partie du bâtiment a été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, mais les pièces du sous-sol de l’ancien grand magasin Wertheim ont survécu. Il a été abandonné après la guerre et se trouvait dans un no man’s land entre Berlin-Est et Berlin-Ouest.

Le fondateur, Dimitri Hegemann, a découvert l’espace par hasard en 1991 et a tout de suite su qu’il avait trouvé un endroit spécial. Il a donc décidé de le laisser essentiellement dans l’état où il l’avait trouvé.

Le club a été contraint de quitter son emplacement d’origine en 2005. Deux ans plus tard, elle a relancé dans ce rude labyrinthe industriel.
Il y a trois étages séparés mais interconnectés : Globus pour la musique house, +4 pour la musique électronique expérimentale et le rez-de-chaussée appelé Vault.
Le „Bonito House Mix“ dans le „Globus“ donne aux „nouveaux visages“ derrière les platines l’occasion de prouver leurs compétences dans le temple de la techno. Afin d’offrir également un divertissement aux „ravers internationaux“ qui ne peuvent ou ne veulent pas faire la fête pendant tout un week-end, il existe la série „Foreplay“ au „+4Bar“, qui propose des „clubs de musique électronique solide“ le jeudi. Le vendredi (sous le titre „Tuna Park“) et le dimanche, les meilleurs DJ du monde entier font souvent la grâce du „Tresor“ pour faire danser la foule.

Comme beaucoup de discothèques berlinoises (Berghain, Cassiopée, Kit Kat…), c’est plus qu’un club, c’est une expérience. Dans la centrale de cogénération désaffectée, ils en ressortent avec le souvenir d’avoir vaguement côtoyé une foule de corps humains en feu à travers un puissant brouillard techno.

Les âmes sensibles s’abstiennent.

Nina
Nina y a récemment fait une visite et vous donne son point de vue, ses sentiments et ses amours sincères.
Pourquoi Nina ? Parce que Nina est le genre de personne que l’on rencontre, avec des yeux aiguisés, des oreilles ouvertes et un ballon de basket toujours prêt pour l’action. Derrière une caméra, à la recherche de lumières improbables et d’expressions faciales inédites, ces centièmes de seconde inattendus qui alimentent des moments privilégiés, le soir, la nuit, quand la musique s’arrête de faire battre les cœurs trop fort. Nina a attrapé Nina. Et elle était satisfaite de la voûte : Techno Amusement est une boîte de nuit qui joue du son pur, si vous aimez ce genre de musique.
Dans ce cas, vous devriez vous y rendre.

Rocko
Vous vous rendez à Berlin ? Vous cherchez une boîte de nuit électro ?
Il n’est pas toujours facile de mettre les pieds dans un espace légendaire. En ville, on nous a parlé d’un joli petit joint appelé Berghain, puis d’un Kit Kat révélateur à découvrir avec sa peau tendue ; on nous a aussi parlé d’un after-party Jaded qui fait éclater les têtes à Londres au petit matin ; mais c’est Tresor, la célèbre discothèque techno, où nous avons décidé de fouiner cet été en tant que bon amateur de bière de club ou fan (au choix). Pourquoi ? Pour répondre à cette question, „La Voûte est-elle toujours un mythe ou simplement un vieux mythe à chérir ? „Ce n’est pas tout à fait une affaire de famille, mais le voyage en vaut la peine.
Bien que Berlin soit connue comme la capitale européenne, voire mondiale, du son minimaliste, il n’est pas toujours facile de trouver une boîte de nuit qui propose de la „vraie“ et de la bonne hard techno. Dirigez-vous vers Mitte … pour découvrir la légende, l’endroit où il faut être si vous aimez cette musique et ces atmosphères très spéciales !

„Tresor“ signifie „chambre forte“. Mais c’est aussi un nom approprié pour l’un des plus importants labels de la scène musicale mondiale. Créée dans les années 1990 comme une pièce mythique du puzzle techno allemand depuis son bunker situé au 126-128 de la Leipziger Straße en centre-ville, elle a fermé en 2005 et rouvert près de deux ans plus tard à l’Est, dans les caves du Kraftwerk de Mitte. Il y a des hangars dans le centre ville qui sont moins choquants.
Sans ce club, la musique techno ne serait pas celle que nous connaissons aujourd’hui. Sans sa contribution active, nous ne serions peut-être même pas conscients de son existence aujourd’hui.

Le programme est plus grandiose que jamais. Oui, mais l’endroit n’est-il pas devenu un musée du passé ? N’irions-nous pas au coffre-fort aujourd’hui comme nous l’avons fait dans le TRex, plus pour cocher une case que pour nous amuser vraiment ? Oui. Non, c’est encore à débattre.

À notre époque, tout cela peut sembler ordinaire, normal, à tel point qu’il n’apporte plus aucune nouvelle pertinente dans notre vie quotidienne. Souvent, cependant, nous ne pensons pas que ce mouvement musical allait bien au-delà de la simple musique lorsqu’il est né. Le son techno tel que nous le connaissons aujourd’hui doit tout à l’action de quelques personnes qui ont compris combien était cruciale, en certains lieux et à certaines époques historiques, l’énergie créée lors de ces événements artistico-culturels.

Il reste un club populaire à ce jour, ayant été continuellement agrandi et remodelé à plusieurs reprises pour inclure un jardin extérieur et un deuxième étage „Globus“. Le concept du dancefloor au sous-sol était spécifiquement axé sur la hard techno, l’industrie et la musique acide, tandis que le Globus offrait principalement un son house plus doux. Le label Tresor Records a été fondé peu après l’ouverture en octobre 1991.
Les principaux DJ qui s’y sont produits sont Tanith, Jonzon, Rok, Roland 138 BPM, Terrible, DJ Key, Mitja Prinz, Surgeon, Wolle XDP, Dash, Dry, DJ Crime, Wimpy, Zky et Djoker Daan.
L’événement „Tresor-Park“ avec Sven Väth a eu lieu pendant la Love Parade.

L’endroit est devenu une plaque tournante pour les disciples internationaux de l’électro. Des DJ de Detroit tels que Jeff Mills, Juan Atkins, Blake Baxter, Robert Hood, Kevin Saunderson, DJ Rolando et Kenny Larkin s’y produisaient régulièrement. Ainsi, l’identité sonore fortement influencée par la techno de Detroit s’est développée à l’étage inférieur, dans le véritable coffre-fort (aussi appelé The Chamber). D’autres DJ du monde entier ont contribué à la signature sonore, notamment Paul Van Dyke, Marusha, Westbam, Cristian Vogel, Joey Beltram, Neil Landstrumm et Dave Tarrida.

Le club n’est pas seulement un lieu de danse. La musique techno représente aujourd’hui un mouvement collectif qui comprend des centaines de milliers de personnes, artistes, mélomanes et initiés. Dans de nombreuses villes européennes, des centaines de fans se rassemblent chaque week-end pour participer à des événements qui les voient de plus en plus comme des protagonistes.
Il ne reste plus que la porte. Les règles d’entrée sont définies comme „claires et tolérantes“, „les clubbers tout à fait normaux“ n’auraient „certainement aucun problème“ à entrer. Mais là aussi, c’est le portier qui a le pouvoir de décision, en veillant à la bonne composition de la foule chaque soir. Il n’y a aucune garantie que vous serez admis dans le „Tresor“.

Maianne
Le Tresor est de loin le club techno le plus branché et, du moins en Allemagne, certainement le plus connu.
Elle est entièrement spécialisée dans la musique électronique. C’est l’un des clubs techno les plus célèbres au monde.

Même ceux qui n’y ont pas fait la fête ont entendu parler de Tresor. Il a été ouvert en 1991.
Berlin était la ville parfaite pour tirer le meilleur parti de cette nouvelle énergie. Les contradictions qu’il contenait, la volonté des autorités de contrôler toutes les sous-cultures qui se sont formées dans les années 1980, ont été effacées lors de la chute du Mur.
À cette époque, la culture techno n’en était encore qu’à ses débuts, pour ainsi dire.
La réaction positive de la société berlinoise s’est étendue à tous les domaines et à tous les milieux, permettant aux nouvelles réalités culturelles de se développer librement. Ce sont des lieux comme les bâtiments abandonnés ou les usines désaffectées qui ont fourni le terrain idéal pour le développement rapide des nouvelles tendances artistiques-musicales.

D’innombrables DJ y ont tourné depuis cette époque, et beaucoup d’entre eux y ont même commencé et avancé leur carrière. Le club possède son propre label avec les événements, qui est connu sous le nom de Tresor Records. Si vous regardez de plus près, vous pouvez voir très clairement que le développement de la scène techno depuis le début des années 90 jusqu’à aujourd’hui a connu une évolution très extrême mais aussi passionnante. Ce qui est bien, c’est que le processus de développement est loin d’être terminé.

Depuis 2007, construction de l’ancienne centrale de cogénération, qui abrite le Tresormeister.
Le 25 mai 2007, elle a ouvert ses portes dans ses nouveaux locaux, l’ancienne centrale de cogénération de la Köpenicker Straße dans le quartier Mitte, à quelques centaines de mètres du Kitkatclub. De nombreux DJ s’y sont produits et certains d’entre eux y ont débuté leur carrière.
Le temple de la danse dans la Köpenicker Straße : techno et maison dans l’ancienne centrale de chauffage

Depuis lors, des fêtes y ont été organisées les lundis, mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis. Grâce aux événements organisés et à la fondation de son propre label Tresor Records, il a eu une influence sur le développement de la scène techno en Allemagne et en Europe. Grâce à son propre label, il a pu avoir une très grande influence sur la scène techno et surtout sur le développement ultérieur de la techno, et ce non seulement en Allemagne, mais aussi dans toute l’Europe.

Certains des coffres originaux de l’ancien grand magasin de Wertheim ont été déplacés dans les nouveaux locaux et installés au sous-sol, de sorte que la mémoire des anciennes pièces du sous-sol est préservée.
Il est certainement passionnant pour tout fan de techno de faire la fête dans ce club, ne serait-ce qu’une fois. Si vous êtes à Berlin, vous ne devez pas manquer la fête qui s’y déroule.

Stoffel
En mars 1991, la première Techno Tanzlustbarkeit (officielle allemande) a ouvert ses portes dans la ville. Au début, l’intérieur était très rustique et sans aucune décoration. De plus, il y avait encore des centaines de casiers dans ce bâtiment datant d’époques antérieures.
La salle du sous-sol. Absolument incroyable, je n’ai jamais été dans un endroit aussi fou. Le bâtiment était un labyrinthe, mais tout le monde savait qu’il était unique.
Célèbre était aussi le couloir de 25 mètres de long dans lequel on marchait avec flash jusqu’au bout : super impressionnant. Et quand vous avez atteint la fin de ce couloir souterrain, vous étiez dans une pièce où l’on ne voyait rien, où toutes les 30 secondes il y avait un flash de lumière et où de temps en temps une épaisse fumée opaque s’élevait, recouvrant votre peau et votre corps, créant un moment magique en vous. Mais ce style et surtout le son techno dur et machiniste ont trouvé un fort attrait.

Le club disposait de plusieurs salles. Au rez-de-chaussée, il y avait le globe terrestre, où l’on jouait principalement à la maison. Le système d’éclairage y créait une atmosphère chaleureuse, typique d’une discothèque. Il y avait aussi l’Aurora Bar, une petite salle avec son propre bar où des DJs se produisaient.

Pour accéder au sous-sol, il faudrait traverser le globe et descendre un vieil escalier rustique. Au rez-de-chaussée se trouve une cave voûtée basse avec une pièce étroite et longue avec un grand bar. On peut encore voir les anciennes boîtes de magasin de Wertheim encastrées dans le mur. À droite de l’escalier, la cave voûtée se termine dans la salle voûtée proprement dite, séparée du bar par une grille en acier. Le spectacle de lumières était minimaliste comme décrit ci-dessus et peu lumineux : il n’y a que des lumières stroboscopiques et une lumière bleue, à laquelle un épais brouillard a été soufflé.
Le Tresor est donc devenu une partie intégrante de la scène rave et était connu comme un „vrai“ club de hard techno en Allemagne.

C’est ainsi qu’est né le label Tresor, qui a permis aux artistes de Detroit du collectif Underground Resistance de faire connaître leur musique et de la diffuser ainsi en Europe. Le moment historique et culturel particulier et l’effervescence dans l’air de ces années ont fait le reste.

L’emplacement de la Leipziger Platz était très populaire, qui a été continuellement agrandi et reconstruit plusieurs fois pour inclure un jardin extérieur et un deuxième étage „Globus“.
Parallèlement à la Love Parade, qui avait lieu à Berlin à cette époque, la présence de la piste de danse du sous-sol de la Potsdamer Platz ne pouvait pas non plus être manquée, c’est pourquoi un événement en plein air appelé Tresor-Park a été organisé à cette fin. Sven Väth, un DJ qui est sur toutes les lèvres ces jours-ci et qui doit être connu de tous les fans de tekkno, a fourni les sons électroniques nécessaires à cet événement. Après que l’institution soit devenue partie intégrante du mouvement techno international, les DJ de Detroit ont souvent joué dans la cave. Les influences de Detroit ont donc également façonné et influencé la révolution techno. Malheureusement, les baux de la roche primitive n’ont jamais été conclus que pour de courtes périodes et n’ont été prolongés que pour de courtes périodes non plus : c’est ainsi que la dernière fête a eu lieu le 16 avril 2005. Après cela, cet endroit mythique, le bâtiment entier a été démoli.

Presque exactement 2 ans plus tard, le 25 mai 2007, le Club du Trésor a ouvert ses nouvelles portes dans la Köpenicker Straße, dans l’ancien Heizkraftwerk Berlin-Mitte. Pour rappeler le premier emplacement dans l’ancien grand magasin de Wertheim, une partie des casiers de l’ancien emplacement a été intégrée dans le nouveau.

AllemandAnglaisFrançaisItalienEspagnol

❤ Vote ❤
[Total: 1 Average: 5]
X
X